La Loi des mages 1 de Henry Lion Oldie

La Loi des mages
Titre : 
La Loi des mages 1
Auteur-e : 
Henry Lion Oldie
Genre(s) : 
Fantasy, Urban Fantasy
Éditeur : 
Mnémos
Date de parution : 
octobre 2011
Ma note : 
8/10
Résumé - Quatrième de couverture : 

« Et la nuit – t’en souviens-tu, Princesse ? – un cauchemar vint te voir. Un vieux cauchemar familier. »

Ils sont deux, une Dame de Carreau et un Valet de Pique. Deux mages, qui ont connu le bagne et la déportation pour avoir pratiqué leur art dans une Russie qui rappelle celle du XIXe siècle, et qui l’interdit. Libérés pour bonne conduite, ils sont assignés à résidence dans un village perdu. Mais lorsque les circonstances les obligent à fuir en compagnie de deux improbables apprentis, ils découvrent que les parties dangereuses qui peuvent les conduire à la mort se jouent sur deux tables bien différentes. Il y a d’abord cet officier du corps « Barbares », chargé de traquer les leurs et qui semble avoir ses propres raisons pour croiser régulièrement leur chemin. Et il y a les Mages eux-mêmes, dont la loi peut s’avérer aussi rigide et aussi mortelle à ceux qui cherchent à sortir de l’ornière…

Mon avis : 

Dans une Russie du XIXe siècle, deux mages, la Dame de Carreau et le Valet de Pique, ont purgé leur peine de bagne et sont déportés dans un village perdu au fin fond de la forêt russe, Kous-Krendel. Ils sont destinés à y vivre jusqu'à la fin de leurs jours, sans avoir le droit de pratiquer la magie puisque c'est interdit par la Loi d'État.
Seulement, le sort en décide autrement et les force à partir arpenter un terrain glissant, coincé entre les autres mages d'un côté et les soldats barbares de l'autre, le tout en entraînant avec eux deux apprentis inattendus.

Ce qui m'a donné envie de lire ce livre était principalement l'idée d'avoir qualifié les mages avec cartes à jouer. Et je n'ai pas été déçue. Tout cet univers développé par les auteurs est vraiment passionnant. Chaque couleur a son pouvoir, il y a les atouts, les sans-atouts, les As, les Rois, les Dix,... d'un côté et, en face, se trouvent les barbares, des militaires insensibles à la magie et spécialement formés à rafler les mages.
De plus, une bonne partie du roman est travaillée autour du thème des jeux de cartes. Et comme j'adore ça, j'ai été comblée ! On parle de couleur, de donne, de figure, de "réunir le jeu", de talon, de mise, etc. J'ai adoré.

Les personnages, quant à eux, sont magistralement bien construits, ils ont de la profondeur et du charisme. On s'y attache, ou pas ; on les aime, ou pas, mais, dans tous les cas, on n'y reste pas indifférent. Ils ont chacun leur caractère propre et sont très loin d'être plats. Chacun a plusieurs facettes et évolue au fil du récit. Certains retrouvent leur ancien caractère, d'autres se découvrent. Seul le "méchant" est un peu stéréotypé, mais rien de bien grave car il est tellement délectable dans sa "méchanceté" qu'on ne s'en plaint pas, pire même !, on en redemande.

En ce qui concerne l'intrigue, on est chahuté de tous les côtés sans nécessairement comprendre ce qui arrive ni sans réellement arriver à voir venir ce qui pourrait se dérouler. On va de surprise en surprise. Même si certaines choses se devinent, il est difficile de voir réellement où l'ont met les pieds au point que je n'ai qu'une envie : me jeter sur le tome 2 pour savoir ce qui arrive à tout ce petit monde.

Malgré tous ces points positifs, ma lecture a été quelque peu difficile, entre autres à cause d'une IRL compliquée, mais aussi à cause de certains points du roman :

Ce récit a été écrit par deux Ukrainiens, Oleg Ladyjenski et Dimitri Gromov, en russe, dans sa version originale. Ce détail peut paraître anodin, mais que nenni ! C'est un détail qui a son importance pour la simple et bonne raison que toute la culture, les noms et l'imaginaire de référence sont russes et que, de ce fait, cela pourrait en rebuter plus d'un. C'est également l'une des raisons qui a rendue ma lecture un peu fastidieuse par moment : parfois j'ai dû relire plusieurs fois avant d'arriver à assimiler le nom de Chalva Teïmourasovitch ou celui de la ville de Mordvinsk, par exemple. De plus, comme l'un des protagonistes est rom, il arrive que certaines phrases ou expressions soient dites dans cette langue.
Il arrive également que les auteurs fassent référence à des personnages ou à des créatures du folklore russe inconnu chez nous.

En outre, chaque chapitre est raconté d'un point de différent, de ce fait, on a quatre points de vue. Seulement, les narrations ne sont pas faites de la même manière. Un coup, on a un narrateur externe qui raconte à la 3e personne du singulier au passé, une autre, c'est à la 2e personne et encore une autre fois, c'est à la 1ère personne au présent. C'est déroutant et il faut s'accrocher au début. Puis on prend l'habitude, on s'y fait et la lecture continue toute seule.

Un dernier point qui m'a été probablement le plus désagréable : le format. Il s'agit d'un grand format de livre (23,4 x 2,8 x 15,4 cm) écrit en tout petit. De ce fait, j'avais l'impression de lire pendant des heures et de ne pas avancer du tout. Les pages étaient lentes à tourner et ça a failli me décourager vers le milieu de ma lecture. Mais j'ai tenu bon ! Et j'ai même envie de récidiver puisque le tome 2 est dans le même format !


En bref, c'était une excellente découverte et une lecture délicieuse ! Je ne la recommande néanmoins qu'aux plus aventureux, avides de nouvelles découvertes et à ceux qui veulent sortir de leur zone de confort. C'est réellement une pépite à découvrir !

Où l'acheter ? : 

Commentaires

Je ne connais pas du tout mais ça a l'air super ! :D
L'idée des cartes est géniale !
Un livre de plus sur ma PAL...

Super ! J'espère qu'il te plaira ! :-D

Ajouter un commentaire