Thya (La Voie des Oracles 1) d'Estelle Faye

La Thya (La Voie des Oracles 1) d'Estelle Faye
Titre : 
Thya (La Voie des Oracles 1)
Auteur-e : 
Estelle Faye
Genre(s) : 
Fantasy
Éditeur : 
Scrinéo
Date de parution : 
09/10/2014
Ma note : 
7/10
Résumé - Quatrième de couverture : 

La Gaule, Ve siècle après Jésus-Christ.

Cerné par les barbares, miné par les intrigues internes et les jeux du pouvoir, l’Empire romain, devenu chrétien depuis peu, décline lentement. Les vieilles croyances sont mises au rebut, les anciens dieux se terrent au fond des bois, des montagnes et des grottes, les devins sont pourchassés par la nouvelle Église.
Thya, fille de l’illustre général romain Gnaeus Sertor, a toujours su qu’elle était une Oracle. Il lui faut vivre loin de Rome, presque cachée, en Aquitania, perdue au milieu des forêts.
Que faire alors, quand son père, son protecteur, tombe sous les coups d’assassins à la solde de son propre fils ? Il faut fuir, courir derrière la seule chance qu’elle a de le sauver… Se fier à ses visions et aller vers Brog, dans les montagnes du nord, là où, autrefois, Gnaeus a vaincu les Vandales. Et peut-être, le long de ce chemin pavé d’embûches et d’incroyables rencontres, voir le passé refaire surface, et réécrire l’Histoire…

Mon avis : 

Thya est une oracle romaine. Alors que la religion chrétienne envahit l'Empire romain et que l'Église pourchasse les anciennes croyances, Thya vit recluse dans une villa de province, loin de Rome et de l'Église. Jusqu'au jour où elle a une vision de la mort de son père qu'elle adore. Pour le sauver, elle devra prendre son courage à deux mains et s'enfuir loin pour réveiller des fantômes du passé.

Ce récit m'a beaucoup plu par les thèmes qu'il aborde : la divination, les croyances, l'intolérance, etc. Mais également toute la phase de construction que doivent traverser les adolescents (je vous avoue que comme je lis très peu de ce genre de roman, c'est un thème que je croise très rarement). Je les ai trouvés bien traités même si Estelle Faye aurait pu creuser plus le sujet du choc des religions.
Et justement, dans ce roman, il est question de divination (puisque l'héroïne est une oracle) et donc de voir l'avenir... Ceux qui me connaissent, savent que je ne suis pas très branchée prophéties et tout le tralala. Pourtant, ici, j'ai beaucoup aimé la manière dont c'était développé. Je ne vous en dis pas plus Wink

L'univers du roman m'a séduite d'entrée de jeu avec le premier personnage que l'on rencontre. Ensuite, par l'époque : l'empire romain au Ve siècle ap. J.-C. c'est-à-dire vers la fin de la christianisation de la Gaule. On se retrouve donc au milieu d'un choc culturel entre les païens, encore attachés aux anciens dieux et aux anciens cultes, et les chrétiens, fervents défenseurs du nouveau dieu.
J'avais déjà lu un roman dans le même contexte, il s'agissait d'Hypatia d'Arnulf Zitelman qui se déroule à Alexandrie au début du Ve siècle ap. J.-C (415 PCN), un roman historique que je vous conseille vivement si c'est une période qui vous intéresse.

Le style de l'auteure est précis, concis et diablement efficace. Même si je l'ai trouvé un peu trop épuré par moment, il était très plaisant.
L'auteure a également tenu à intégrer à son roman un vocabulaire de l'époque. Ainsi, les villes et les régions portent les noms qu'elles portaient au Ve (j'ai d'ailleurs lu le livre avec google ouvert pour pouvoir suivre le périple des personnages Smile ), on a aussi des mots latins pour désigner certaines parties de l'habillement, des armes ou autre. C'était très agréable d'être (à nouveau) confrontée à ces mots de vocabulaire maintes fois étudiés pour mes cours de latin de mes premières années de secondaire Biggrin

Nostalgie quand tu nous tiens...

L'intrigue bien que palpitante, reste sans surprises majeures, en tout cas, pour moi. A part certains éléments particuliers (trois, en vérité), j'avais deviné une bonne partie de l'histoire et ce qui n'avait pas été deviné n'avait été une surprise non plus.

Les personnages principaux sont bien développés, les secondaires un peu moins, selon moi. Les personnages de Thya et d'Enoch ont une belle évolution au fil des péripéties. Mais j'ai particulièrement aprécié le personnage d'Aedon, le méchant, dont l'aura mauvaise est magnifique. Ce personnage a une réputation dans toute la Gaule, dans tout l'Empire romain même, qui en fait un antagoniste omniprésent même s'il est à des milles de distance. Il est cruel et sans pitié, j'adore !

Le seul réel point noir que j'ai trouvé à ce roman, tient dans la mise en page et le travail de relecture : certaines phrases comportaient encore des fautes (du type : « Personne n'avait pas le droit de... »), des mots en latin qui étaient un coup en italique et la fois d'après en normal, des mots dont l'orthographe variait parfois au fil du roman (parfois en deux lignes !) et les graphèmes œ (comme dans cœur) et æ (comme dans ex æquo) qui n'étaient jamais liés. Ce sont des détails qui peuvent vite m'ennuyer (je vous en avais parlé dans le Le Fanazo & books tag à la question 13 Wink ) et ça a été le cas à plusieurs reprises ici.

En bref, un roman qui m'a fait passer un très bon moment de lecture et dont j'ai hâte de connaître la suite !

J'ai lu ce livre dans le cadre d'un book club organisé par Hélène Ptitelfe de la chaîne youtube éponyme. D'ailleurs, si vous êtes tenté-e-s de lire cette trilogie, nous avons décidé de lire les deux derniers tomes toutes (oui, on est que des filles pour le moment ^^") ensemble. Nous nous sommes regroupées dans un groupe facebook : Book Club la voie des oracles d'Estelle Faye.

Où l'acheter ? : 

Commentaires

Parfois je trouve ca rigolo de deviner ce qui va se passer.
Mais si ca arrive trop souvent, c'est désagréable.
En terme de méchant, j'ai beaucoup aimé Saint Dane dans la série Bobby Pendragon

J'aime bien être surprise par une histoire et me laisser porter par des doutes. Mais là, j'avais trop de certitudes.
Mon méchant préféré reste Darken Rhal du premier tome de L'Épée de Vérité de Terry Goodkind, et ce, bien que je n'aime pas du tout cette série !!! Lol

Ajouter un commentaire