FAQ #4 : Je me dévoile... mais pas trop !

Toutes les infos sur alinewheeler.wordpress.com !

FAQ #4 : Je me dévoile... mais pas trop !

Aujourd'hui, je réponds à la 4e et dernière partie de la FAQ !

Les questions du jour sont des questions personnelles qui portent sur différents aspects de ma vie tels que le jeu de rôle, mon parcours, mes projets d'écriture, mon entreprise...

Pour rappel, au vu du nombre de questions que vous m'avez posées, j'ai décidé de les regrouper par thème. Il y a quatre thèmes, à savoir : l'écriture de la Fantasy, l'écriture en général, le blog et la Fantasy et les questions personnelles (cet article-ci).

Juste avant de commencer, je voudrais vous dire que lorsque j'ai fait le sondage pour savoir par quel thème vous vouliez qu'on commence, j'ai ri. J'ai ri parce que les questions personnelles constituent le plus gros morceau en termes de nombre de questions et c'est celui qui vous intéressait le moins ! J'ai trouvé ça très cocasse ! wink

D'ailleurs, je vous conseille d'aller chercher de quoi boire et de quoi manger tellement il y a de questions ! laugh

 

Puisque tu es une rôliste, envisages-tu de créer un jeu de rôle sur Tell'Andra, via un "infinite world" (si je ne me trompe pas) de infinite-rpg.com par exemple ?

Je rêve de pouvoir, un jour, créer un jeu de rôle qui prendrait place dans Tell'Andra. Cependant, si je le fais sera plus "à l'ancienne" : avec des livres de règles, des fiches de perso à imprimer, des écrans de MJ...

Toutefois, pour le moment, ce n'est vraiment pas au programme, d'une part, parce que je n'ai pas le temps et, d'autre part, parce que je ne m'en sens pas capable. En outre, il faut voir aussi si le public serait au rendez-vous, ce n'est pas parce qu'on est lecteur de fantasy qu'on est forcément rôliste.
Mais, dans un futur plus ou moins proche, c'est clair que c'est une chose à laquelle je réfléchirai.

 

Étant moi-même un rôliste (RPG/Textuel principalement), je me demandais quelles avaient été tes expériences avec le jeu de rôle, sous ses différentes formes, et ce qu’elles t’avaient apporté.

Malheureusement, je ne joue plus en ce moment (manque de temps et de joueurs). crying

Quant à mon parcours, rien d'original : je suis une joueuse de Donjons et Dragons 3.5. D'ailleurs, Shéa est mon dernier personnage D&D : c'était une ombrageuse (classe apportée par l'add-on Recueil de Magie). J'ai également touché à Vampire Requiem et à Naheulbeuk (auquel je n'ai pas du tout accroché, d'ailleurs). Je me suis beaucoup intéressée à Shadowrun à un moment, mais le groupe avec lequel j'étais censée jouer a dû arrêter les parties avant que je ne puisse le rejoindre.
Ma plus grosse période de jeu a été pendant mes études, puis mon groupe s'est séparé pour plusieurs raisons dont l'une est que je suis partie vivre en France (je suis Belge au cas où vous l'ignoriez encore wink).

J'ai aussi pas mal joué à des RPG comme Dragon Age ou Neverwiter Nights 2. J'ai aussi les Fable sous le coude et j'avais commencé Skyrim, mais à cause d'un bug, j'ai dû l'arrêter et je ne l'ai plus repris depuis. J'ai aussi roulé ma bosse pendant 3 ans sur Aion pour passer sur Guild Wars 2 en 2012, jeu sur lequel je suis toujours.

Le JdR et les jeux vidéos m'ont beaucoup apporté sur le plan créatif et imaginatif : être un personnage d'un jeu demande de pouvoir s'immerger dans l'univers en question et de réussir à réagir de façon logique. Dans les JdR, le déroulement de l'histoire dépend des actions des personnages, le chemin n'est pas (vraiment) tout tracé (on a tous eu un MJ qui nous a dit un jour « Si tu fais ça, j'invoque une cathédrale animée que je fais tomber sur ton perso et qui grillera tous tes points de destin ! » pour que nous restions dans le droit chemin de son scénario...). Quand j'écris mes histoires, je me vois plus comme un MJ que comme une écrivaine : je laisse à mes perso une certaine latitude d'action tant qu'ils suivent le scénario.

Le JdR, surtout D&D pour ce point-ci, m'a aussi permis de savoir comment aborder les combats et la magie en règle générale. J'ai beaucoup de sorts qui sont basés sur ceux de D&D.
D'ailleurs, mes personnages ont été créés comme des personnages de D&D : ils ont leurs caractéristiques, leurs listes de sort, leurs bonus ou malus, etc. Neph, par exemple, est typiquement un perso bi-classé guerrier/barde créé dans les plus pures règles de l'Art de D&D.

 

Je me demande aussi quel est ton parcours scolaire et professionnel, car pour ma part étant en fin de scolarité, je m’interroge sur ce que le croisement "rat de bibliothèque-geek" que je suis va faire dans le futur. Aussi connaître le parcours d’une aînée pourrait m’aider dans mes réflexions. J’aimerais être auteur, mais le système éditorial actuel ne me permet pas d’en faire mon métier.

Je ne pense pas du tout être un exemple à suivre puisque mon parcours est très atypique pour ne pas dire bancal. Pour vous dire, mon plus haut diplôme c'est l'équivalent belge du Bac (le CESS).

En résumé et dans l'ordre chronologique :

  • J'ai fait des secondaires scientifiques. [1999 → 2006]
  • J'ai commencé des études en géologie à l'ULB, que j'ai dû abandonner à cause de graves problèmes de santé. [2006 → 2009]
  • J'ai fait 2 ans de photographie parce que je ne pouvais plus aller en enseignement supérieur. [2009 → 2011]
  • J'ai fait une formation qualifiante de webmaster. (une formation qualifiante, c'est une formation qui ne donne pas de diplôme, mais qui certifie que vous êtes apte à travailler dans le secteur de votre formation). [2012 → 2013]
  • J'ai fait une formation à distance d'écrivain public quand j'ai décidé d'ouvrir mon entreprise puisque je ne trouvais pas de boulot. [2017 → 2018]

Donc voilà... C'est le genre de parcours que je ne souhaite à personne parce que c'est un parcours qui vous ferme toutes les portes. Quand je montre mon CV, je me fais juger de tous les côtés : soit on pense que je ne suis qu'une bonne à rien, soit mes problèmes de santé effraient et on ne me juge pas fiable. En plus, je suis une femme qui veut des enfants...
Quant à mon parcours professionnel en tant que salariée, autant vous dire qu'il est quasi inexistant.

Donc, voilà... au vu de tout ça, puisque personne ne veut m'engager, j'ai dû revenir à mon plan A : devenir écrivaine et vivre de ma plume.

Et pour ce qui est de ça... et bien... Achetez mes livres, mesdames et messieurs ! Ils sont beaux ! Ils sont chauds ! Ils vous feront voyager et vivre des aventures passionnantes à moindre prix ! wink

Hum... hum...

Pardon, je me suis égarée ! wink

Et pour ce qui est de vivre de sa plume, effectivement, le système éditorial tel qu'il est à l'heure actuelle ne le permet pas à moins de n'écrire que des best-sellers. C'est pour ça que j'ai choisi et que je conseille l'autoédition en règle générale.

 

J’ai vu que tu avais ouvert ta propre entreprise, Prom’Auteur ! J’ai visité le site, et j’ai trouvé ça vraiment ingénieux de proposer ces services. Arrives-tu à en vivre ?

Pas encore ! wink

Pour info, par le biais de mon entreprise, je propose des services, entre autres dédiés aux auteurs et aux éditeurs, tels que la bêta-lecture, la relecture, la correction, la réécriture, la mise en page (papier et numérique) de manuscrit, l'inscription d'un livre sur des bibliothèques en ligne, etc. Si ça vous intéresse, je vous propose d'aller faire un tour pour voir tous mes services.
Et, comme on ne se refait pas, Prom'Auteur a aussi son blog où je parle de sujets beaucoup plus axés vers l'écriture, la publication, la promotion d'auteur...

 

Pourquoi avez-vous choisi d'écrire de la fantasy et pas de la science-fiction ou un autre genre ?

En fait, je n'ai pas "choisi" d'écrire de la Fantasy. C'est juste le genre avec lequel j'ai le plus d'affinité. Je l'ai expliqué dans l'article Fantasy Book Tag.

J'ai été bercée par des récits merveilleux et la légende arthurienne. En grandissant, cet amour pour les récits héroïques remplis de magie ne m'a pas quittée, tomber dans la Fantasy n'est qu'une suite logique de mes lectures et de mes centres d'intérêt.

Mais je ne crache pas sur les autres genres, j'ai d'ailleurs écrit pas mal de nouvelles fantastiques.

(Le vrai fantastique, celui de Todorov)

 

Est-ce que s'occuper de votre blog ne vous handicape pas trop pour écrire vos romans ?

Parfois, le blog me mange du temps sur mes plages de correction ou de recherches documentaires pour mes romans. Mais il reste une énorme source d'inspiration pour mon univers.

Il m'a permis d'étoffer Tell'Andra et de résoudre des problèmes liés à mon intrigue. Il faut savoir qu'il arrive assez fréquemment que je choisisse mes sujets d'article de la semaine en fonction des recherches que j'ai besoin d'effectuer pour mon roman ou des questions que je me pose par rapport à mon écriture. Monde Fantasy est autant un recueil d'inspiration que mon propre journal de recherches.

Donc, non, il ne me handicape pas du tout ! C'est même tout l'inverse ! smiley

 

Est-ce que tu considères qu'être autrice est plus un don ou une malédiction ?

Un peu des deux !

Ça dépend aussi de la manière dont on considère la chose. On peut le prendre autant sous l'optique être une femme qui écrit des romans qu’être une personne qui écrit des romans.

J'avoue qu'être une femme dans le monde du livre n'est pas évident. On doit souvent jouer des coudes pour se faire accepter et on souffre beaucoup de préjugés du type : « les femmes n'écrivent que des romances » ou « les femmes n'écrivent pas de roman sérieux » (et autres joyeusetés du genre dont j'ai parlé dans l'article Les femmes et la Fantasy). Au vu des difficultés qu'on peut rencontrer juste parce qu'on est une femme, je suis passée à deux doigts de prendre un nom de plume masculin ou, au moins, mixte. J'ai tout de même assez vite laisser tomber l'idée parce que ce n'était pas du tout en accord avec mes valeurs et mes principes.
Sans dire qu'être une femme est une malédiction, on ne va pas se voiler la face non plus : dans la société actuelle, avoir un utérus et le revendiquer n'est pas là pour nous faciliter la tâche, non plus.

Pour ce qui est d'être une personne qui écrit des romans, j'ai toujours considéré que c'était autant un don qu'une malédiction.
C'est un don parce que je trouve que c'est merveilleux de créer des choses et de pouvoir offrir au monde autant de rêve et d'aventure. 
Mais c'est aussi une malédiction parce qu'on est souvent entouré-e de personnes qui ne nous comprennent pas et qui pensent que nous ne sommes pas des personnes terre à terre. En tant qu'artiste, on est toujours confronté au jugement, à l'incompréhension, voire à l'intolérance, des autres et ça, c'est pénible de devoir toujours se justifier sur son travail, son emploi du temps, son inspiration, etc. Beaucoup pensent qu'écrire c'est comme faire de la comptabilité : que c'est automatique et que ça se fait pendant les heures de bureau. C'est l'une des raisons pour laquelle j'ai arrêté de participer au NaNoWriMo (un challenge d'écriture où le principe est d'écrire 50 000 mots pendant le mois de novembre). J'ai deux créneaux horaires d'écriture définis et immuables dans mon rythme vital, je ne sais pas écrire en dehors et, au vu de plusieurs études, c'est pareil pour tous les artistes. Pourtant, c'est une notion que je n'arrive pas à faire comprendre à certaines personnes de mon entourage au point que, quand je leur demande de me foutre une paix royale en novembre et que je ne veux voir personne pendant mes sessions d'écriture, on me rétorque systématiquement : « Mais t'as qu'à écrire à un autre moment. »
Et, à l'inverse, je me suis déjà retrouvée aussi face à des personnes qui considèrent que je suis une déesse sur terre juste parce que j'écris des livres. Ou celles qui croient que je suis riche ou que je vais le devenir.

Donc, voilà, être écrivain ou écrivaine c'est une malédiction dès qu'on est confronté à des êtres humains ! laugh

D'ailleurs, sur mon blog d'autrice, je m'étais amusée à donner 8 clés pour comprendre les écrivain-e-s quand on est un être humain pour illustrer le gouffre qui peut parfois séparer les écrivain-e-s du reste du monde.

 

Y a-t-il un livre en particulier qui t'a donné envie d'écrire ?

Pas vraiment, l'envie d'écrire est arrivée très tôt (j'avais 6 ou 7 ans). Ça vient de mon amour pour les livres en règle général et du fait que chaque fois que je regardais un Disney, ma mère me disait toujours : « Tu sais, à la base, c'est un livre. »

En revanche, ce sont Maupassant et Sire Cédric (avec Déchirures) qui m'ont donné envie d'écrire du fantastique (toujours celui de Todorov) et ce sont Mathieu Gaborit (avec Les Chroniques des Feals), Alexandre Malagoli (avec Seigneur de Cristal) et Louise Cooper (avec Le Maître du temps) qui m'ont révélé qu'on pouvait écrire des récits avec de la magie pour les adultes.

 

Qu'est-ce que ta famille/tes proches pensent de ton activité ?

"Mon activité"... laquelle ? laugh

Je suis blogueuse, écrivaine et écrivaine publique !

Pour ce qui est de mon activité de blogueuse (avec Monde Fantasy), beaucoup de mes proches considéraient que c'était une perte de temps. Mais quand ils voient où j'en suis aujourd'hui, après 3 ans et demi, ils commencent à changer d'avis. Et ça, c'est grâce à vous, chers abonnés et chères abonnées !!!!! heart
Il n'y a que mon mari qui me soutienne vraiment dans cette démarche depuis le début.

Du côté de la scribouille, j'ai eu tout, mais vraiment ! Du « Tu seras la prochaine Tolkien tellement tu es géniale ! » à « C'est vraiment ça *moue de dégoût* que tu veux faire de ta vie ? » en passant par « Ne devient pas J.K. Rowling qui veut. »
Mais, globalement, ça se passe beaucoup mieux aujourd'hui. Surtout, que je clame haut et fort que je finirai par vivre de l'écriture depuis que j'ai 10 ans, donc ça n'a pas étonné beaucoup de personnes. Et certainement pas ma grand-mère, que j'embrasse très fort parce que je sais qu'elle lit mon blog, ma première et plus grande fan ! heart
Le fait d'être arrivée au bout d'un premier roman, ça aide aussi à rassurer votre entourage : ça leur prouve que vous êtes capable d'y arriver et que vous ne complaisez pas dans vos rêves. Déposer un plan marketing et un plan comptable sur la table en plein repas de famille, ça aide aussi à prouver que vous avez la tête sur les épaules ! Croyez-moi !

Et pour la dernière, mon activité d'écrivaine publique, elle a été très bien reçue par ma famille et mes proches. De toute manière, ils connaissent tous mon parcours aussi bien scolaire que professionnel et ma mauvaise santé qui font que trouver et garder un job est une mission impossible pour moi. Créer mon entreprise était donc ma meilleure option... en attendant que je devienne riche et célèbre avec mes bouquins, bien sûr ! wink

 

Quelle période du jour/de la nuit préfères-tu pour écrire ?

De 10 à 13h, de 17 à 20h et de 23 à 2h. Je vous jure ! Je suis réglée comme une horloge !

Mais, de manière effective, je n'écris qu'une à deux heures par jour, du lundi au vendredi, entre 10h et 12h. Le reste du temps, je travaille pour mes autres jobs.

 

Est-ce que tu comptes écrire un jour un roman dans un genre différent de la fantasy ?

J'ai déjà écrit du fantastique.

J'ai posé deux projets SF dans mon carnet à idées et j'aimerais bien écrire du policier (mon genre préféré hors SFFF). Pour l'anecdote, en février 2014, quand j'ai eu les prémices d'une idée pour Neph et Shéa, j'étais en train de plancher sur une romance contemporaine.

Mais, sinon, la plupart de mes projets d'écriture sont des déclinaisons de la Fantasy. Dans mon carnet, il y a de l'heroic, une chasse au trésor pirate dans Tell'Andra, de l'epic, du steampunk, de l'urban et même de la space fantasy.

 

Quelle est ta partie préférée dans la création d'univers ?

La période entre le moment où tu as ta première idée et celui où tu commences à tout poser sur le papier. Pendant cette période, le cerveau est dans une véritable effervescence, c'est très excitant. C'est aussi un sentiment très exaltant et émouvant aussi de voir son monde en train d'apparaître.

 

Est-ce que tu connais la fin dès le début du processus d'écriture ? Est-ce qu'elle évolue au fur et à mesure que tu écris ?

Connaître la fin de mon récit est une condition indispensable pour moi. En tant qu'architecte/écrivaine structurale, je ne peux pas me mettre à écrire tant que je ne connais pas mes personnages, mon univers et, au moins, les grandes lignes de mon intrigue, fin comprise. Et cette fin ne change pas. C'en est au point que les deux derniers chapitres et l'épilogue de Neph et Shéa sont planifiés depuis plus de 3 ans et, à quelques menus détails près, ils ne changeront pas.

 

À quel point la subdivision en (sous)-genres littéraires est importante pour toi ?

Elle m'est indispensable.

Il faut savoir que j'ai été éduquée à analyser et classer tout ce que je croisais. Du coup, analyser et classer, c'est instinctif chez moi, je ne peux pas m'en passer. Ensuite, je trouve que les genres et les sous-genres sont importants dans le sens où ils permettent de s'y retrouver quand on veut parler de nos lectures. Les genres ne pas là que pour nous ennuyer où pour faire joli dans les librairies, ils permettent de définir les principales caractéristiques d'une oeuvre en un ou deux mots. Quand on dit "Epic fantasy", on sait qu'on va retrouver un roman qui se déroule dans un autre monde et qui va raconter une histoire pleine de magie, de bravoure et avec un happy end.

Les genres permettent de faire en sorte que tout le monde parle la même langue et, donc, de faire en sorte que tout le monde se comprenne. Ce n’est pas un caprice, c'est de la précision.

Dans la vie de tous les jours, si les genres n'existaient pas, demander conseil à son/sa libraire ressemblerait à : « Bonjour, je cherche un livre. » Au lieu de « Bonjour, je cherche un livre d'epic fantasy. »
Ou pire ! Ça pourrait ressembler à ça :

« Bonjour, je cherche qui se passe dans un univers inventé et qui raconte une histoire pleine de péripéties qui mettent en exergue la bravoure du ou des personnages principaux et à la fin de laquelle il(s) triomphent du mal et sauvent le monde. »

Ridicule, non ? Surtout que notre nature humaine a besoin de tout étiqueter et de tout classer, donc, on finira toujours par coller une étiquette. Alors, tant qu'à faire, autant qu'on utilise tous les mêmes termes et les mêmes définitions.

Et pour mettre fin à une croyance absurde : non, les genres n'ont pas été inventés par les éditeurs. Les genres sont des outils d'analyses de narratologie qui ont été mis en place par des chercheurs, des essayistes et des auteurs afin de faire en sorte de pouvoir étudier des oeuvres d'après leurs ressemblances et leurs différences. Ils ont également chacun une définition claire et précise afin que tout le monde puisse comprendre de quoi on parle quand on les utilise.

Voilà, c'est dit ! wink

Sinon, dans le cadre de la Fantasy, je m'arrête au sous-genre, je ne vais pas plus loin, sauf avec l'urban fantasy qui est devenu un sous-genre tentaculaire !

 

Que penses-tu de ce qui existe actuellement dans le monde du livre francophone concernant la fantasy (les collections imaginées par les maisons d'édition, les 4e de couverture, les rayonnages en librairie/bibliothèque, etc.) ?

Je pense que le monde de l'édition et les libraires font n'importe quoi en matière de classification des romans... Il est devenu plus important de vendre plutôt que dire la vérité aux lecteurs. Le nombre de bouquins étiquetés "Fantastique" alors que c'est de la SF ou coller "Fanstique" sur de l'urban juste parce que c'est plus facile de dire des conneries que de réfléchir un peu, ça me rend malade ! Mais ça, je pense que vous l'aviez compris ! wink

Sinon, je suis triste de voir que les maisons d'édition préfèrent passer à la trappe leurs auteurs et autrices francophones juste pour des raisons commerciales et budgétaires : les traductions coûtent cher alors il faut tout faire pour rentabiliser, quitte à écraser ses compatriotes. C'est triste.
Pareil pour les libraires, ils vont jusqu'à refuser de vendre (même sur commande) des ouvrages de petits éditeurs juste parce que ça leur rapporterait moins.

En revanche, du côté des auteurs indépendants, les publications deviennent de plus en plus intéressantes au niveau de la finition des livres (corrections, couvertures, comm'...), notamment.

Malheureusement, toutes productions confondues, je trouve que ce sont trop souvent les mêmes histoires qui reviennent : des prophéties, des histoires d'amour, des vampires, des loups-garous, des beaux ténébreux pleins de mystère...
Pareil pour les 4e de couv' : c'est souvent les mêmes structures, les mêmes mots, les mêmes tournures... qui sont réutilisés.

Autant vous dire que je repose beaucoup de livres dans les étagères des bibliothèques virtuelles que je consulte.

Même s'il y a eu des progrès en 4 ans, la fantasy francophone reste méprisée par beaucoup de personnes (dont un éditeur qui m'a lynchée sur Facebook en me disant presque qu'il n'existait pas de bonne fantasy francophone) et surtout par les éditeurs, les libraires et les médias. Et ce, alors que j'ai vu une nette ouverture d'esprit du côté des lecteurs et des lectrices ! On est vraiment dans un décalage assez impressionnant.

En bref, l'offre de Fantasy francophone est riche, mais trop uniforme en termes de marketing (illustration, 4e de couv'), pas assez diversifiée (en termes d'histoires) et pas assez mise en avant.

 

Lors de l'écriture de Neph et Shéa, comment en es-tu venue à l'écrire en plusieurs tomes ? Est-ce devenu logique au fil de l'écriture, ou était-ce prévu dès le début (auquel cas, comment décides-tu où commence et où finit chaque tome ?)

Quand j'ai commencé à faire le plan détaillé de l'histoire (il y a plus de 4 ans maintenant), je pensais que Neph et Shéa tiendrait en 2 tomes. L'histoire est divisée en 4 parties et je pensais écrire 2 parties par tomes. Finalement, quand je suis arrivée au premier quart de La Fuite, je me suis rendu compte que je ne pourrai pas faire tenir La Fuite et L'Exode en un seul tome (si, mais j'aurais eu des tomes de 700 pages...). Là, j'ai revu mon plan et j'ai refait ma découpe.

Il faut savoir qu'étant nouvelliste à la base, je n'avais pas l'habitude d'écrire beaucoup ni de prendre le temps de décrire les scènes que je racontais. Du coup, je m'attendais à ce que ça se passe de la même manière pour le roman. Autant vous dire que ça ne s'est pas du tout passé comme ça ! laugh

Après avoir refait cette première découpe, je suis passée à 3 tomes : un tome pour la La Fuite, un tome pour L'Exode et la partie 3 et le dernier tome pour la dernière partie. Finalement, le plan de la partie 3 s'est encore étoffé au point que je suis passée à 5 tomes ! Finalement, quand je me suis occupée de la préparation de la sortie de La Fuite, j'ai décidé que j'allais arrêter là de me prendre la tête : ce serait une quadrilogie ! Ça collait parfaitement avec mon plan ET avec l'uniformité des couvertures que j'avais décidées avec Mirowshka, la merveilleuse illustratrice qui m'a fait cette sublime couverture et les magnifiques cartes.

Comme je l'ai dit plus haut, mon histoire a été découpée en 4 parties dès le début. Chaque partie correspond à une étape de l'histoire au même titre qu'un chapitre. En gros, le tome 1 correspond à la situation initiale + l'élément déclencheur ; le tome 2 aux péripéties ; le tome 3 à la résolution et le tome 4 à la situation finale. Le partage en tome s'est donc fait naturellement.

 

Pourquoi tu aimes (ou n'aimes pas) ton métier ?

Quel métier ? Écrivaine, blogueuse ou écrivaine publique ? wink

Dans les trois cas, ce sont des métiers que j'aime beaucoup.

Être écrivaine me permet d'exprimer ma créativité et de faire sortir les histoires et les personnages que j'ai dans la tête (et je vous jure que je ne suis vraiment pas toute seule là haut ! Mais quel écrivain l'est vraiment ?...), mais aussi d'apporter du rêve et de l'évasion aux personnes qui me liront.

Être blogueuse me permet de pouvoir vous aider, mes abonnés et abonnées, à avancer dans vos projets respectifs et à ce que vous ne perdiez pas courage.

Être écrivaine publique me permet de rentabiliser une partie de mes années d'études et d'aider des auteurs et autrices dans leurs projets.

Ce que j'aime le moins, c'est que ce sont des métiers ingrats et difficiles. Ils demandent beaucoup de travail et une fois que le travail est accompli, on n'est jamais sûr du résultat. Pour vous donner un exemple, j'étais persuadée que certains de mes articles allaient plaire alors que, finalement, ils ont fait un flop ou pas loin. Et inversement, certains de mes articles ont fait un tabac alors que je ne m'y attendais pas du tout ! Ce côté un peu imprévisible est assez agaçant.

 

Ou est disponible ton livre, Fnac, site web ...? J'aimerais beaucoup découvrir ton style d'écriture.

Tout est indiqué sur la fiche de La Fuite ! laugh

(Oui, je me suis enfin bougée pour vous faire les fiches de présentation des différents ouvrages que j'ai écrits... Au bout de bientôt 4 ans, il était temps !)

 

De plus comment as-tu réussi à te faire éditer, par quels moyens ...?

J'ai autoédité mon livre. Ce qui signifie que j'ai tout fait moi-même : les corrections (avec la participation de mes bêta-lecteurs, évidemment), la mise en page, le dépôt légal...

Je suis passée par Books on Demand pour l'impression et la distribution. Et c'est la fabuleuse Mirowshka qui fait les illustrations.

 

Fais-tu tes cartes, celles de ton livre, toute seule ou avec l'aide d'un professionnel ?

J'ai fait mes versions de travail. Un brouillon à la main et ma version de travail sur AutoRealm. Vous pouvez les admirer dans mon article de présentation de Tell'Andra.

En revanche, celles qui se trouvent dans les livres ont été réalisées par la talentueuse Mirowshka, illustratrice professionnelle.

 

Quelle(s) autre(s) activité(s) as tu ? Je parle de tes passions.

En plus de l'écriture et de la lecture, je me passionne pour :

  • les sciences dures et sociales, surtout la géologie, la physique, la psychologie, la linguisitique et l'histoire
  • les jeux de rôles, même si je n'ai plus l'occasion d'y jouer faute d'un groupe, surtout
  • les jeux vidéos, je suis sur Guild Wars 2, j'ai (ENFIN !) commencé Fable et je ne rate pas les sorties des nouveaux Pokemon !
  • le web et le webmastering, c'est-à-dire tout ce qui touche à la conception de sites, mais aussi tout ce qui est SEO, référencement, eCommunication, eRéptutation...
  • les langues, j'adore apprendre une langue, voir comment elle fonctionne, la comparer avec celles que je connais... Si vous voulez pousser la curiosité plus loin : je parle couramment français et anglais, quand j'étais encore à Bruxelles, je parlais fréquemment flamand, je comprends un peu l'allemand parlé et écrit et j'ai appris le latin et le grec ancien à l'école. J'aimerais apprendre le danois, le suédois, l'islandais, le breton (pour un projet d'écriture), le gaélique, le vieux norrois et le japonais (comme presque toute la génération Club Dorothée !) Et je crois que vous aurez compris que j'ai une nette préférence pour les langues germaniques ! wink
  • le crochet
  • le DIY
  • la photographie

Et je collectionne les marque-pages et les carnets...

Même si jeux conjuguer beaucoup de mes passions avec l'écriture et mes trois blogs, il y en a certaines comme le crochet, la photo ou les jeux que je dois plus ou moins laisser de côté faute de temps.

 

Et enfin, la question la plus importante… Pain au chocolat ou chocolatine ?

Quand j'ai vu cette question, j'ai ri ! Il faut savoir que vous le l'avez posée 2 fois ! Et que mon mari a failli me la poser une 3e fois !

Pour vous répondre, vu que je suis belge, je dis une couque au chocolat !

 

Voilà !

 

Commentaires

Eh ben ca en fait des questions qu'on t'a posées sur le blog mais à vrai dire moi aussi j'étais curieuse de connaitre tout ça, surrout qu'après la lecture d'un livre j'aime bien mieux connaitre l'auteur, je comprends mieux alors les choix faits dans le livre. Au fait c'est quoi une chocolatine parce que comme toi étant belge, je ne connais aussi que les couques.

Une chocolatine, c'est le nom donné à une couque au chocolat dans le sud ouest de la France (Pays basque principalement).

Ça a créé un faux débat à l'échelle nationale qui a enflammé les réseaux sociaux pendant plusieurs mois. Il a fallu que des linguistes se penchent sur la question pour calmer les foules. Maintenant, c'est devenu une forme de blague bon enfant.

Wouah quand meme ils devraient appeler ca une couque pour tout le monde ca leur donnera moins de sujet comme debat.

Étant donné de couque est un mot d'origine germanique, il n'est pas près d'être adopter en France. wink

Et puis, chaque région a ses appellations propres dépendantes de l'évolution de la langue et des patois du coin. Aucune des trois appellations n'est fausse, elles ont juste des origines différentes. C'est pour ça que j'ai parlé de "faux-débat".

 

Pain au chocolatine ? C'est la même chose que céréales avant le lait ou après le lait. Selon moi. 

Et sinon tes autres activités sont vraiment cool. Moi aussi je fais du Webmastering (mon futur métier, frontend/backend), je titille la photographie, la conception de jeux vidéos RPG avec rpgmakerAce(en je créer plus que je joue). Mais j'avais peur d'avoir trop d'activité. Alors ma question, tu trouve le temps pour toi entre tous ça ? 

C'est difficile de trouver du temps pour moi, je l'avoue. Mais c'est compliqué pour plusieurs raisons. La première, c'est que je bosse chez moi, dans ma salle à manger. Je n'ai ni local professionnel ni pièce dédiée à mon travail. Du coup, je l'ai constemment sous les yeux et c'est difficile de s'en couper.
La deuxième, c'est que j'ai fait de mes passions mon travail, c'est donc difficile de distinguer parfois les moments où je lis pour le travail des moments où je lis pour le plaisir, par exemple. Mais j'ai dû apprendre à lever le pied de temps en temps puisque, en début d'année, j'ai fait des malaises à répétition à cause du rythme infernal que j'ai dû soutenir en 2017. Je me suis retrouvée au repos forcé si je ne voulais pas finir à l'asile... ^^"
Enfin... "repos forcé" pour moi, ça veut dire travailler en pyjama ^^" Je suis quelqu'un qui a toujours le cerveau qui carbure, je suis incapable de me poser et de ne rien faire.

Ouais je confime c est le meme genre de debat meme si je suis pour les kelokx d abord mais chacu' ses gouts sinon desolee je sais pas si j etais censee pouvoir repondre puisque tu ne t adressais pas a moi.

C'est vraiment super de connaitre ton parcours et tout ce que tu as fait pour en arriver la. J'espère vraiment que tu réussiras :)

Merci ! laugh

Bonjour,

J'aimerais te poser une question que je n'ai pas pu poser sur un autre article faute d'en avoir trouvé un qui corresponde à ma question, alors la question elle est assez bête mais je voulais savoir si tu sais me dire qu'est-ce qu'on utilisait au Moyen-Age pour se couper les ongles. On voit souvent dans les fils ou séries se les curer avec un couteau mais ils faisaient comment pour les couper parce que moi-même je me voile me les couper avec un couteau. Désolée, la question est un peu bizarre.

Question originale ! laugh

Il semblerait qu'on se les coupait au couteau, comme on pèle une pomme. J'ai trouvé l'info sur Slate.fr : Savez-vous vous couper les ongles ?

J'ai aussi croisé l'info comme quoi on utilisait du cuir (du suède plus précisément) en guise de lime à ongle.

Oh merci, ca devait sûrement pas être super agréable de "peler" ses ongles quand même. En tout vas merci pour l'info.

Moi j'écris surtout beaucoup de nouvelles du genre thriller et contemporain comédie par contre je ne suis pas très fantasy du tout et pas très SFFF, le fantastique je peux aimer mais quand c'est du fantastique paranormal horreur et du thriller paranormal fantastique avec action, j'adore le thriller de science fiction qui se passe dans notre monde avec psychopathe, éthique sur progrès ou dérives scientifiques et j'aimerai essayer des dystopies adultes dont j'ai pas encore lu par contre je n'aime pas le space opéra et le planet opéra et fantasy j'en ai pas vraiment lu mais je n'aime pas l'héroic fantasy et je préfère que la fantasy soit la forme mais que le fond de l'intrigue est du genre thriller vengeance ou polar mon genre favori avec le contemporain, le contemporain est tellement vaste aussi je peux écrire de la comédie ou sur sujet sérieux ou sur drame et j'ai aussi une idée de romance contemporaine mais pas érotique je suis sûre que je n'écrirai pas ça déjà que maintenant je ne peux pas même pas lire ça, ça me gêne et je ne pense pas non plus écrire de la SFFF pas pour le moment! Par contre je ne suis pas comme toi à tout classer et je n'ai pas du tout aimé écrire par l'amour des livres car enfant je ne lisais pas vraiment et j'aimais pas vraiment ça, ma famille ne lit pas et je préférais écrire mes propres histoires et les lire et dessiner ^^ pré-ados au collège j'aimais juste lire quelques mangas achetés à carrefour mais arrivé au lycée ça a été le dégoût de la lecture avec des livres classiques imposés que je n'aimais pas avec des contrôles de lecture :( je n'ai plus lu 1 seul livre après le lycée jusqu'en 2017 et je me suis remise à lire que depuis 2017 par envie et plaisir en trouvant enfin mes genres de livres qui sont thrillers, polars, romans contemporains, livres de témoignages, essais, bd, mangas et tout ça je ne les ai jamais lu au lycée, on ne me proposait pas des livres variés de genres variés en plus en étant allée en L et je n'aime pas vraiment les classiques! Même si je n'aimais pas lire avant, j'ai quand même grandi avec de la fiction en dessin animé, en films et séries ^^ , même si l'école ne m'a pas du tout donné le goût de la lecture, l'école m'a au moins donné le goût de l'analyse dont je tiens un blog de critiques de films, séries et livres, j'adore écrire des analyses de personnages aussi et l'école m'a encore plus donné le goût de l'écriture ^^ j'ai aussi écrit le scénario d'une web série sans manuel pour en écrire, j'ai écrit ça à partir d'un de mes rêves la nuit et j'ai aussi réalisé ça, été la caméraman et fait les montages avec des acteurs amateurs et je suis fière d'avoir réussi à tout faire et à finir ce projet! Pour le classement des livres en genres même si c'est pratique, on ne peut pas tout classer non plus avec mélanges de genres, romans hybrides et moi j'adore les romans hybrides, mélanges de genres ainsi que les thrillers, polars et contemporains d'ailleurs les contemporains sont un fourre-tout c'est diversifié! Sinon mes passions sont: l'écriture, je tiens également un blog de critiques de films, séries et livres, je traduis une série bénévolement aussi, j'adore dessiner même si je l'ai délaissé et que j'aimerai m'y remettre, j'adore lire depuis 2017; j'adore chanter depuis ados et écouter des chansons aussi, j'adore regarder des dessins animés films et séries ainsi que des vidéos sur youtube, j'adore débattre que ça soit sur facebook, youtube etc j'adore aussi les langues dont j'ai fait des études de langues et j'adore particulièrement les langues asiatiques ah et j'écoute en majorité que des chansons asiatiques (coréennes, chinoises, vietnamiennes, birmanes, indiennes) et je regarde en majorité des films coréens et indiens et je suis fan des séries coréennes et j'adore la mode et le shopping voilà en gros et difficile de caser tout ça xd

J'ai oublié de dire j'adore écrire car c'est mon moyen d'expression préféré, je préfère écrire que parler étant réservée et ça me pompe moins d'énergie avec comme autre moyen d'expression le dessin que j'aime dessiner, j'adore écrire pour raconter des histoires ayant une grande imagination mais aussi pour faire passer des messages dont j'ai comme futur projet de m'auto-édité mais pas encore tout de suite, j'adore écrire aussi parce que ça m'a appris des choses sur moi que je ne savais pas et c'est aussi un excellent exutoire pour moi et j'adore écrire de tout que ça soit fiction, nouvelle mais aussi critiques, analyses, dissertation je me suis essayée aussi un peu au poème etc

Ajouter un commentaire