#JeudiAutoEdition : kézako ?

#JeudiAutoEdition

Le 7 avril dernier, Au bazaar des livres lançait les Jeudis de l'Autoédition en partenariat avec Des livres et moi.

Mais en quoi ça consiste exactement ?

Vous avez sûrement dû croiser sur les réseaux sociaux, notamment si vous me suivez sur facebook et twitter, ce genre de publications :


Le principe est de partager sur les réseaux sociaux (à l'origine, ce n'était que twitter, mais ça s'est étendu à facebook désormais) nos lectures autoéditées en cours ou passées, des auteurs autoédités que nous apprécions ou encore des liens vers des conseils d'auteurs indépendants via le hashtag #JeudiAutoEdition.

Le but de cette manœuvre est d'aider les auteurs autoédités à se faire connaître car, comme nous l'avons vu il y a 2 semaines, l'autoédition jouit d'une assez mauvaise réputation auprès de pas mal de personnes. Ce rendez-vous hebdomadaire permettra peut-être de briser les préjugés (au moins une partie) par rapport à ce mode d'édition.

Mon top 3 des idées reçues à abolir

1. « Un roman autoédité est un roman qui a été refoulé partout. »

FAUX !

L'autoédition peut être un choix délibéré de la part de l'auteur. Ce mode de publication apporte certains avantages non négligeables tels que le fait de pouvoir garder le contrôle total sur son œuvre, de pouvoir en faire ce qu'on veut, mais c'est aussi un mode d'édition beaucoup plus rapide que l'édition traditionnel.

D'autres auteurs s'autoéditent dans le but de pouvoir être édités à compte d'éditeur plus tard : cette méthode permet dans un premier temps de trouver son public et de prouver à un éditeur que, non seulement le livre a un public, mais qu'en plus l'auteur est prêt à s'investir dans sa communication pour vendre son livre. C'est une manière de rajouter des compétences à son CV d'auteur et des arguments dans sa lettre d'accompagnement.

2. « Les livres autoédités sont toujours criblés de fautes. »

FAUX !

C'est vrai qu'il y a parfois des fautes... mais dans les livres édités à compte d'éditeur aussi ! Et même chez Gallimard ou chez Michel Laffon il arrive que des fautes persistent !
Surtout que les auteurs autoédités sont souvent beaucoup plus disponibles à l'égard de leur lectorat, il suffit donc d'envoyer un petit mail à l'auteur et de lui transmettre les fautes que vous avez croisées et il les corrige en général en vous remerciant. Essayez de faire ça avec Gallimard ou Michel Laffon... vous verrez comment vous serrez reçu-e-s...

3. « Les auteurs s'autoéditent parce qu'ils sont trop paresseux pour chercher un éditeur. »

FAUX !

Je crois que celle-ci, c'est ma préférée. Quand on voit tout le boulot que l'autoédition demande : l'écriture du livre, sa correction (jusque là, ça va), ensuite, faire (faire) l'illustration de la couverture, s'occuper de la mise en page, s'occuper de la publication (inscription sur les différentes plateformes, adapter son fichier aux normes de chaque format,...), s'occuper des démarches administratives (ISBN, dépôt légal,...), s'occuper de sa promotion (blog/site web, inscription sur les bibliothèques en ligne, démarchage des libraires,...) et j'en passe et des meilleures.

Quand on veut se faire éditer à compte d'éditeur, il faut : écrire son livre, le corriger, établir une liste des éditeurs dont la ligne éditoriale correspond à votre roman, envoyer votre manuscrit et... attendre.

Je pense qu'il n'y pas photo, on ne se lance clairement pas dans l'autoéditon si on est paresseux.


Je vous avoue que ce rendez-vous hebdomadaire me fait très plaisir parce qu'il est grand temps que les mentalités changent à propos des auteurs autoédités ! Smile

Commentaires

Bien dit Zaha ! Préjugés à la noix. D'ailleurs c'est un très beau projet, je m'intéresse de plus en plus aux bouquins auto édités et j'ai délaissé un peu les gros livres hyper médiatisés.... pauvres librairies !!! :)

Désolée pour les fautes j'écris a l aveuglette : je suis sur mon tel et malheureusement la fenêtre du commentaire ne s'agrandit pas..

De mon côté, j'essaie de favoriser de plus en plus les petites maisons d'édition, notamment avec l'évent mensuel de Vision Livre, Un mois, une maison, un achat et l'auto-édition. Smile

Oui , et c'est super ! D'ailleurs, il faudrait que je participe à ça. Tiens, j'ai commencé hier le livre de Nathalie B. ;-)

Lequel ? Elle en a publié 3 Blum 3

Eclosia :-)
(trois mois après....)

T'as dû le finir depuis ! Lol

Article intéressant, il va falloir que j'aille voir ca de plus près.
Question: est-ce que par le plus grand des hasards tu connaitrais personnellement Kohanna ? :P Parce que ca commence à faire beaucoup de vos articles traitant du même sujet. (Ce qui ne me gêne nullement)

Concernant les articles à propos du #JeudiAutoEdition il s'agit d'un mouvement lancé et que plusieurs blogueurs et blogueuses ont relayés, c'est donc assez normal de croiser en même temps Smile

Sinon, Kohana et moi ne nous connaissons pas vraiment "personnellement" mais ça fait un bout de temps qu'on se connaît : via le forum et depuis deux ans Smile

Je comprends l'idée. Je m'interrogeais, étant donné que vous avez toutes deux parler de livres identiques (probablement parce qu'autoédités et que vous voulez promouvoir cette pratique).

On lit aussi pas mal de livres en commun Wink

Le petit "3" est en effet savoureux !!! :D ;)

Il est clair que ceux qui sortent ça n'y connaissent rien à l'autoédition ! Lol

J'ai lu un livre récemment, édité dans une maison d'édition "classique", avec de grosses fautes dedans... :(
En autoédition, effectivement, on les corrige au fur et à mesure, même pour l'édition papier, grâce à l'impression à la demande. :)
Quant au 3, c'est vrai que c'est risible... ;)

Pareil !

Dernièrement, j'ai croisé des fautes dans tous les livres que j'ai lus, autoédités ou édités dans des maisons, petites comme grosses !

Ajouter un commentaire