Le syndrome du milieu

Le syndrome du milieu

Aujourd'hui, nous nous attaquons au syndrome du milieu.

Après avoir parlé de comment commencer son roman, on attaque la question du milieu.

Autre problématique souvent soulevée par les écrivains et écrivaines en herbe qui se demandent souvent comment passer le milieu et comment garder la motivation pendant la rédaction.

 

Concrètement, qu’est-ce que le syndrome du milieu ?

Le syndrome du milieu correspond au blocage que l’on peut éprouver lorsque l’on arrive vers la moitié de notre roman.

Ce moment de l’intrigue est souvent un moment critique, et ce, pour deux raisons.

 

1) L’effet de nouveauté disparaît

Lorsque l’on se lance dans l’écriture d’un nouveau projet, on est exalté-e, passionné-e, on déborde d’idées, bref !, on est motivé-e. Une fois arrivé-e vers le milieu, on commence à s’essouffler. L’exaltation du début s’est estompée et on voit qu’il y a encore « tout ça » à écrire !
On compare souvent l’écriture d’un roman à l’ascension d’une côte. Le milieu correspond au moment où on arrive vers le sommet de la côte : on est essoufflé-e, fatigué-e, assoiffé-e.

 

À lire aussi : Comment commencer son roman

 

2) L’entre-deux

La seconde raison est structurelle. La plupart du temps, le milieu d’un roman correspond à un moment charnière de l’intrigue, une sorte de démarcation plus ou moins nette entre le début et la fin (c’est la fin du début et le début de la fin). Un moment où le héros a eu une révélation, où l’héroïne prend une décision décisive, etc.
C’est également souvent un passage qui peut être plat parce que transitionnel (les anglo-saxons parlent du sagging middle syndrome, du syndrome de l’effondrement du milieu), une sorte de creux de la vague, un entre-deux qui n’est pas très exaltant à écrire (et qui ne le sera pas non plus à lire si on ne s’applique pas).

Malheureusement, le milieu du roman est souvent un moment marqué par l’abandon de l’écriture. Comme c’est un passage qui n’est pas très palpitant, nombre d’auteurs et d’autrices mettent leur roman en pause « en attendant » un retour de motivation pour, finalement, ne plus y revenir car happé-e-s par une nouvelle idée qui semble plus séduisante. Et c’est ainsi que des milliers de romans inachevés terminent dans des tiroirs.

Mais, rassurez-vous ! Il existe des solutions pour surmonter ce syndrome du milieu !

 

Du coup, comment y remédier ?

Tout d’abord, j’aimerais vous rassurer en vous disant que tous les auteurs et autrices, ou presque, souffrent de cette baisse de régime, moi y compris.

Voici quelques pistes pour surmonter ce syndrome du milieu :

1) Vous n’êtes pas nul-le !

Beaucoup d’écrivain-e-s se fustigent et se dénigrent à cause de ce blocage, alors qu’il n’y a strictement aucune raison. J’ai souvent croisé la réflexion — qu’il ne faut absolument pas se faire : « Les autres y arrivent et pas moi ! Je suis nul-le ! ».

La première chose à faire pour surmonter ce syndrome, c’est que vous compreniez que, non, vous n’êtes pas nul-le parce que vous êtes bloqué-e à la moitié de votre histoire. Ça arrive même aux meilleur-e-s, vous faites juste partie de la normalité parmi tous les écrivains et écrivaines du monde.

Surmonter le syndrome du milieu s’apprend et, au fur et à mesure que l’on acquiert de l’expérience, on développe nos propres techniques pour le surmonter plus vite et de manière plus efficace. Le tout, c’est de faire preuve de persévérance et de volonté… encore ! (Si vous avez lu L’Abécédaire de l’écrivain, vous savez de quoi je parle wink)

 

 

2) Faites le point

Ensuite, arrivé-e au milieu du roman, accordez-vous une petite pause et regardez le chemin parcouru. N’allez pas corriger votre roman maintenant, surtout pas ! C’est le meilleur moyen de rester coincé-e là vous en êtes arrivé-e.
Félicitez-vous plutôt d’avoir déjà accompli tout ça et faites le point sur votre intrigue.

Si vous êtes du genre architecte, regardez où vous en êtes dans votre plan : Avez-vous raconté tout ce que vous vouliez raconter ? Y a-t-il eu des ajouts, des suppressions ou des modifications de passages ou de personnages ? L’intrigue va-t-elle toujours dans le sens que vous vouliez ? Etc.

Si vous êtes plutôt jardinier ou jardinière, notez les étapes traversées par votre roman, les changements subits par vos personnages. Cela vous servira de pense-bête pour la suite et vous permettra d’avoir l’esprit plus clair.

 

3) Regardez pour la suite

Si vous êtes jardinier ou jardinière, c’est le moment idéal pour prendre une bonne bouffée d’inspiration pour retrouver un nouvel élan et de nouvelles idées pour la suite, si vous en manquiez. Si, au contraire, vous n’en manquiez pas et que vous en avez plusieurs, c’est le moment de réfléchir à celle qui vous tente le plus.

Si vous êtes architecte, vérifiez que les motivations des personnages, les péripéties à venir, les enjeux de l’intrigue et les thèmes à aborder sont clairs dans votre esprits et correctement introduits dans la première partie. En fonction des vérifications effectuées, corrigez votre plan au besoin et/ou complétez-le si vous le précisez au fur et à mesure de l’avancée de l’intrigue.

Personnellement, c’est ce que je fais : j’ai un plan très précis jusqu’au milieu, puis le reste est surtout une succession d’idées. Une fois au milieu de mon roman ou de mon tome, je sais que beaucoup de choses auront changé et que j’aurai eu de nouvelles idées plus cohérentes et/ou plus intéressantes pour mon intrigue. Le milieu correspond donc, pour moi, au moment où je fais le point pour, ensuite, compléter mon plan. Ça me permet d’avoir des idées « fraîches » et donc un regain de motivation.

 

4) Parlez de votre intrigue

On parle souvent de la solitude de l’écrivain-e, mais, en vérité, la solitude est un fléau pour nous. Être entouré-e de ses semblables pour pouvoir échanger sur les problèmes propres à notre art, trouver du réconfort parmi nos collègues, qui comprennent nos problèmes, il n’y a rien de plus rassurant et stimulant.

De même, avoir quelqu’un à qui parler de nos avancées, à qui rendre des comptes et avec qui réfléchir est indispensable. Qu’il ou elle écrive aussi importe peu, le tout c’est que cette personne vous écoute, vous suggère des pistes de travail, que ce soit quelqu’un avec qui vous puissiez réfléchir tout haut.

Énoncer tout haut et pour une tierce personne nos idées nous forcent à les clarifier pour les exposer de manière intelligible. En bref, ça nous force à mettre de l’ordre dans notre tête. Et, croyez-moi, ça règle beaucoup de problèmes !

Pour ma part, j’ai la chance d’avoir un mari très impliqué dans mon écriture et je peux compter sur lui pour m’aider à débrouiller le fouillis de mes idées. Mais si vous n’avez pas la chance d’avoir un proche aussi impliqué, sachez qu’il existe des groupes Facebook, des forums et des communautés d’écrivain-e-s sur Twitter où il y aura toujours des personnes disponibles pour vous écouter et vous aider (même par messages privés) si vous le demandez gentiment wink

 

 

5) Vous ne pouvez pas vous ennuyer

Si vous vous ennuyer, les lecteurs et lectrices s’ennuieront aussi.

Comme vu plus tôt, la démotivation en arrivant au milieu du récit peut également être due à une baisse de régime dans l’intrigue, le fameux syndrome d’effondrement.

Pour palier ce problème, plusieurs solutions s’offrent à vous :

  • Ajouter un ou des rebondissements comme quelque chose de tragique qui arriverait à votre ou vos personnages, des complications ou une crise dans son histoire qui le ferait passer un point de non-retour. Vous pourriez également ajouter une étape dans sa quête/son histoire, une tâche de plus à accomplir.
  • À l’inverse, vous pourriez aussi tout simplement, raccourcir ce passage un peu mou, cet « entre-deux », afin de retourner plus vite dans l’action.
  • Si votre narration le permet, vous pourriez raconter un rebondissement du point de vue d’un autre personnage, une avancée dans l’intrigue ou une révélation que votre personnage principal ignorerait, mais pas votre lectorat afin de susciter la curiosité.
  • En revanche, ne mettez pas en avant l’intrigue secondaire à ce moment-là. Arrivé au milieu du récit, le lectorat veut connaître la suite de l’intrigue principale le plus vite possible. Mettre en avant l’intrigue secondaire risque surtout de donner l’impression que vous noyez le poisson.

 

Voilà, n’hésitez pas à me dire ce que vous avez pensé de ces quelques conseils et, surtout, s’ils vous seront utiles !

Commentaires

Je ne crois pas avoir subi le syndrôme du milieu. Par contre, j'ai effectivement eu une partie que j'ai eu du mal à écrire mais moins en raison de son emplacement dans l'histoire que du genre de scène que c'étaient. C'étaient des passages que j'écris rarement, avec beaucoup de personnages en même temps à gérer, et je me suis retrouvée à ne pas savoir du tout comment m'y prendre, à me trouver super nulle, etc. Du coup, j'ai mis beaucoup de temps à l'écrire comparé au reste, préférant m'écouter et écrire 500 mots par jour, que me forcer à atteindre ma moyenne ou la dépasser pour aller plus vite et finalement me dégoûter. En parallèle je mettais une ligne de couleur sur ma frise chronologique pour marquer mon avancement, ce qui m'a pas mal aidée à voir que j'avançais et aussi à me dire "OK, j'en suis au tiers, j'ai mis tant de temps, donc il me reste tant de temps".

Peut-être aussi que mon non-syndrôme du milieu vient du fait que mon intrigue est un peu pétée. Je ne saurais pas dire où est mon climax, par exemple. Ni même s'il y en a un. Déjà, j'ai un décallement de l'intrigue parce qu'au début on croit que mon personnage va mener une enquête alors que ça se tranforme en "sauver la ville" et ladite enquête est repoussée en secondaire.

Bonjour j'ai vu l'article pour fair un univers à la tolkien got the witcher et j'ai vu ton projet Tell'Andra comme c'était en 2016 est ce que tu a fini si oui peut on acheter le livre parceque ton univers à l'air intéressant.

Merci ! laugh

Voici la fiche de mon 1er tome (avec différents liens de vente) : http://www.monde-fantasy.com/la-fuite-neph-et-shea

Celle de mon 2e tome : http://www.monde-fantasy.com/l-exode-neph-et-shea

Et une nouvelle dans le même univers avec l'un des personnages principaux de ma série : http://www.monde-fantasy.com/le-tournoi

Ah d'accord est ce que il y aura un tome 3 

Dans cette série, il y aura un tome 3, un tome 4 et 4 autres nouvelles.

Et plein d'autres histoires à Tell'Andra puisque c'est mon univers principal wink

J'ai pu lire le début sur wattpad ça m'a convaincu d'acheter le livre 1 pour continuer. J'ai deux conseils pour vous malgré que je ne soit pas pro. Vous devriez sortir une version anglaise pour attirer plus de gens et créer un livre une genèse comme un certain silmarillion ou les got les origines de la saga un livre qui raconte tout ce qui c'est passé à Tell'Andra du commencement jusqu'au aventures de Neph et Shéa et l'univers serait parfait. Je vais me procurer le livre bonne continuation.

Ajouter un commentaire