Les composantes de la Magie


Aujourd’hui, après moultes péripéties dans mon quotidien — je vais mieux et merci à toutes celles et ceux qui m’ont souhaité un bon rétablissement 💜—, voici enfin le nouvel article à propos de la Magie !

L’article du jour traite des composantes de la magie, c’est-à-dire des éléments dont les thaumaturges ont besoin pour pratiquer la Magie.

Parmi toutes celles présentées ici, seules les composantes mentales sont indispensables, la nécessité des autres dépend du fonctionnement de la magie considérée et des sorts en eux-mêmes.

La composante mentale

Elle regroupe toutes les compétences psychologiques, cognitives et émotionnelles nécessaires pour réussir à se servir de la magie.
Contrairement aux autres composantes, celle-ci est indispensable au thaumaturge.

Elle réunit :

  • La connaissance et/ou l’intuition : un thaumaturge se doit soit de connaître la magie, de maîtriser tous les aspects de sa science afin de ne pas risquer la catastrophe, soit de ressentir la magie avec suffisamment de précision pour pouvoir faire confiance à son instinct pour éviter les accidents.
  • La concentration : elle est indispensable car la la pratique de la magie, qu’elle soit rationnelle ou instinctive, requiert souvent de pouvoir gérer et accorder plusieurs paramètres parfois très complexes. Bien entendu, l’intensité de la concentration dépend de l’expérience du thaumaturge et de la complexité du sort ou du rituel.
  • La visualisation : pour que la magie opère, il faut que le thaumaturge sache exactement ce qu’il veut. Pour ce faire, la meilleure manière d’y arriver est de parvenir à créer dans son esprit une image nette du résultat désiré.

Dans certains cas particuliers on peut également ajouter les émotions et les sentiments à cette liste. En effet, certains systèmes de magie reposent sur ce qu’éprouve les thaumaturges.
Par exemple : un sort de soin pourrait être plus efficace si le thaumaturge apprécie la personne à soigner ; une boule de feu sera plus destructrices si le lanceur hait la cible ; etc.

Notons également que certaines émotions ou sentiments intenses peuvent déclencher d’eux-mêmes une magie latente, et ce, même si la personne qui les éprouvent n’est pas thaumaturge. C’est le cas par exemple dans les films Disney La Belle et la Bête (où c’est l’amour de Belle qui rend son apparence humaine à la Bête) ou encore Raiponce (où c’est encore l’amour qui permet à Raiponce d’imprégner l’une de ses larmes du pouvoir de la fleur dorée).

La composante gestuelle

Elle consiste à effectuer des mouvements avec ses mains, certaines parties du corps ou le corps tout entier afin de lancer un sort ou d’accomplir un rituel.

Il s’agit, par exemple :

  • des mouvements de baguette dans Harry Potter
  • des danses comme la danse de la pluie
  • des popper dans la série The Magicians qui correspondent à des figures complexes et précises exécutées avec les mains (voir image ci-dessous)
Source : https://www.redbubble.com/fr/people/dominictyler

Je vous mets aussi une vidéo explicative pour que vous puissiez vous faire une meilleure idée :

La composante vocale

Il s’agit de ce que l’on appelle plus communément les incantations ou les formules magiques.

La composante vocale est l’énonciation à voix haute, murmurée ou chantée de mots précis destinés à concrétiser la volonté du thaumaturge par le biais de la magie. Ces incantations peuvent être énoncée dans la langue du personnage, dans une langue au choix (dans certains cas, une langue est plus précise qu’une autre, par exemple : le mots temps désigne plusieurs concepts en français, alors qu’en anglais, il y a un mot par notion ce qui la rend plus précise pour ce concept) ou dans une langue propre à la magie, comme une langue morte ou une langue secrète.

En général, les incantations permettent de faciliter la concentration et la visualisation du thaumaturge.

Quelques exemples :

  • les formules magiques dans Harry Potter qui doivent être prononcée avec exactitude (comme le fameux Wingardium leviôsa et pas leviosâââ)
  • les prières
  • les formules maison des sœurs Halliwel dans Charmed
  • parfois c’est juste un mot ou une expression qui a été chargée de pouvoir pour servir de mot de passe magique comme le fameux « Sésame, ouvre-toi » du conte Ali Baba et les quarante voleurs ou « Ami » en elfique pour ouvrir les portes de Moria dans Le Seigneur des anneaux.
  • les longues incantations en langue magique
  • etc.

Voici un exemple de composante vocale :

La composante matérielle

Il s’agit de l’ensemble des objets, ingrédients ou créatures nécessaires à la réalisation d’un sort ou d’un rituel.

Dans le cas d’un lacement de sort, il peut s’agir d’un simple focalisateur comme une baguette ou un bâton ; dans le cas d’une potion, ce sont tous les ingrédients que l’on met dedans, mais aussi le matériel nécessaire pour la réaliser (chaudron, fiole…) ; dans le cas d’un rituel ce peuvent être un animal ou une personne à sacrifier, les outils (athamé, calice, encens, bougies…) ; etc.

La composante linguistique

Dans certains cas, il existe une langue dédiée à la magie. Ce peut être une langue précise, une langue sacrée (offerte par une divinité et connue de ses seuls adeptes, par exemple), une langue ancienne (voire perdue), etc.

La composante linguistique peut également comprendre un alphabet particulier tels que le Futhark, l’Ogham, les Runes d’Honorius ou encore les symboles alchimiques. Ces alphabets magiques ou sacrés servent, le plus souvent, à transcrire des langues magiques, mais aussi à enchanter des objets (pour créer des amulettes, des talismans, des artefacts, pour graver des sceaux sur des lieux, etc.) ou des êtres.

En général, en plus de représenter des sons pour la codification écrite d’une langue, ces caractères, lettres et symboles issus d’alphabets magiques évoquent également des concepts tels que la protection, la fertilité, la force, etc. Ainsi, les alphabets magiques peuvent également servir de symbole, voire de substitut (voir Les connexions sympathiques) lors d’un rituel, mais aussi à la divination.

Voilà ! J’espère que cet article vous a plu ! La prochaine fois, je vous détaillerai les différents alphabets dont je vous ai parlé ici, à savoir : le Futhark, l’Ogham, les Runes d’Honorius et les symboles alchimiques. Mais je ne sais pas encore si je ferai des articles séparés ou pas 😉
En attendant, si vous avez des questions, les commentaires sont là pour ça ! 😉

Découvrez les autres articles de la série Créer son système de Magie


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut