Top 5 des personnages féminins en fantasy


Aujourd’hui, j’aimerais vous parler de 5 personnages féminins en fantasy qui, je trouve, méritent d’être connus.

Suite à mon article sur les femmes et la fantasy, on m’a demandé quelle était pour moi l’héroïne parfaite.

Ce à quoi j’ai répondu par :

Une femme, tout simplement. Le courage, la force de caractère, la persévérance, les arts martiaux, etc. ne sont pas l’apanage des hommes.
Je n’ai pas de stéréotype d’héroïne idéale (ni de héros idéal, d’ailleurs). Je pense que le caractère des personnages dépend surtout de l’histoire dans laquelle on les met.

Étant donné que cette idée a continué à faire du chemin dans mon esprit, je me suis dit qu’un petit top 5 de mes personnages féminins préférés de romans fantasy (héroïnes ou pas) pourrait répondre tout aussi bien à la question. Et, bien entendu, j’attends vos propres top 5 en commentaires ! 😉

5. Margo

Confessions d’un automate mangeur d’opium de Mathieu Gaborit et Fabrice Colin

Ben oui ! Y’a du Mathieu Gaborit dans mon top… et ça vous étonne encore ?! 😉

Margo est un personnage féminin que j’ai trouvé génial. C’est une battante qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Seulement, son caractère très impulsif peut la mettre dans des situations plus que délicates.

Le récit a pour cadre la fin du XIXe siècle, époque où les femmes commençaient à s’émanciper et à demander les mêmes droits que les hommes. Margo s’inscrit exactement dans cette tendance pré-féministe, un peu abordée dans le récit.

Résumé :
Paris, 1889. Un monde en transition, où les fiacres côtoient les tours vertigineuses des usines. Une ville brumeuse envahie par les aéroscaphes, d’étranges machines volantes qui quadrillent le ciel, et des nuées d’automates cuivrés… C’est dans cet univers révolutionné par l’éther, la substance verte aux propriétés miraculeuses, que la comédienne Margaret Saunders doit résoudre le mystère de la mort de sa meilleure amie, tombée d’un aérocar en plein vol. Sur la piste d’un créateur de robots dément, Margo, secondée par Théo, médecin dans un asile d’aliénés, va découvrir au péril de sa vie les dangers cachés de l’envoûtante vapeur.

4. Adrienne

L’Âge de déraison de Greg Keyes

J’ai lu cette quadrilogie il y a plus d’une dizaine d’années et, pourtant, Adrienne de Mornay de Montchevreuil est un personnage dont je ne parviens pas à me défaire. Elle fait partie de ces personnages que je n’oublie pas et pour lesquels je suis capable de relire une série, juste parce qu’ils me manquent. Alors même que je déteste relire mes livres…

Adrienne est femme qui ne demandait rien à personne et qui, pourtant, a fini par tout avoir. Elle n’est pas devenue maîtresse du monde sans le vouloir, mais c’était pas loin. Partie à la cours du roi Louis XIV pour continuer sa formation de mathématicienne, elle finit par devenir proche du roi et tombe dans diverses intrigues politiques dont elle doit se tirer en ne comptant que sur elle-même… ou presque. En parallèle de ça, elle fait quelques découvertes étonnantes dans un domaine un peu plus alchimique et doit faire avec, aussi.

C’est une femme avec une véritable force de caractère qui lui permettra de survivre dans un environnement qui lui est hostile. C’est surtout l’autre personnage principal de ce récit, avec Benjamin Franklin, et, fait scandaleux, on ne parle même pas d’elle dans le résumé !

Résumé :
Isaac Newton, alchimiste, fait une découverte qui va révolutionner la face du monde : le mercure philosophal. En 1720, la guerre entre la France et l’Angleterre prend une nouvelle dimension : des armes puissantes ont été créées d’après ce procédé quasi… magique. Louis XIV, toujours vivant grâce à un élixir persan, jubile !

Le jeune Benjamin Franklin, alors apprenti imprimeur éperdu d’admiration pour Isaac Newton, a de son côté conçu une nouvelle machine, un moyen de communication grâce à l’éther. Mais les conséquences sont terrifiantes : des êtres maléfiques sont apparus et s’en prennent aux humains…

3. Hermione

Harry Potter de J.K. Rowling

Hermione est un personnage que j’ai toujours admiré pour son intelligence, sa fougue, son ingéniosité, sa loyauté, sa bonté et sa bravoure. Mais ce que j’aime le plus chez Hermione c’est la fierté qu’elle éprouve sans retenue pour son intelligence. Elle ne cherche pas à paraître autrement que ce qu’elle est réellement. Elle est fière d’être qui elle est (et ce qu’elle est) et ne s’en cache pas.

Sans être le personnage principal du récit, Hermione est pourtant au cœur de l’histoire et l’un des moteurs les plus importants de la saga. C’est aussi pour ça que je l’adore : c’est une adjuvante, mais une adjuvante indispensable. Elle a un vrai rôle.

Résumé :
Harry Potter est un garçon ordinaire. Mais le jour de ses onze ans, son existence bascule : un géant vient le chercher pour l’emmener dans une école de sorciers. Quel mystère entoure donc sa naissance et qui est l’effroyable V…, le mage dont personne n’ose prononcer le nom ? Voler à cheval sur des balais, jeter des sorts, combattre les trolls : Harry Potter se révèle un sorcier vraiment doué. Mais un mystère entoure sa naissance et l’effroyable V…, le mage dont personne n’ose prononcer le nom. Quand il décide, avec ses amis, d’explorer les moindres recoins de son école, il va se trouver entraîné dans d’extraordinaires aventures.

2. Alice

L’Épouvanteur de Joseph Delaney

Déjà la série en elle-même est juste énormissime ! Mais elle comporte sûrement son lot de personnages féminins parmi les plus cool de toute la littérature. Entre Maman (je ne vous donnerai pas son vrai nom, inutile d’insister 😉 ), Grimalkin, Meg, Mab et Alice, on n’a que l’embarras du choix.

Mais, je vous avoue que, pour moi, Alice est la plus impressionnante dans le tas. Elle est déterminée, volontaire, loyale, futée, fourbe parfois et n’hésite pas à faire des sacrifices quand c’est nécessaire. Par certains aspects, elle me rappelle un peu Hermione mais en moins « respectable ».

Alice est un personnage au passé difficile qui essaie de se retrouver. Ce passé, justement, rend son personnage très intéressant et complexe.

Résumé :

Thomas Ward est le « septième fils d’un septième fils « . Il possède un don particulier pour voir et entendre ce que le commun des mortels ne voit ni n’entend. Il entame donc son apprentissage auprès de l’Épouvanteur John Gregory. Tom doit apprendre à tenir les spectres à distance, entraver les gobelins, empêcher les sorcières de nuire… Cependant, il libère involontairement Mère Malkin, une sorcière maléfique que l’Épouvanteur gardait enfermée depuis treize ans au fond d’un puits, et l’horreur commence…

1. Kelsea

La Trilogie du Tearling d’Erika Johansen

Je vous avais déjà parlé de cette série dans l’article à propos des femmes et la fantasy. Dans mon top, je voulais vraiment revenir sur le personnage de Kelsea — au point de la mettre en première position ! C’est vous dire !

Kelsea est l’héroïne de cette série et qu’elle héroïne ! Ou plutôt : quelle femme ! Car Kelsea n’a rien d’une élue de prophétie. En tout cas pas au début de la trilogie.

Jusqu’à la fin du premier tome, on est surtout face à une jeune femme de 19 ans qui a vécu recluse avec ses deux instructeurs depuis sa naissance. Toute sa vie on lui a appris à régner, ce n’est pas inné. Elle a des qualités qui vont l’aider, certes, mais elle a aussi des défauts qui lui causent quelques soucis. Donc, quand elle monte sur le trône, elle ne se retrouve pas à gouverner grâce à un charisme exceptionnel. Non. C’est d’abord une jeune femme pleine de doutes qui commet des erreurs de jeunesse, qui apprend de ses erreurs et, surtout, qui apprend à gouverner. Elle s’appuie également sur les conseils avisés des gens en qui elle a confiance. Ses décisions ne découlent pas d’interventions divines, mais de réflexions.

De même, tout au long du récit, on a affaire à une reine avec des préoccupations de femme (sous-entendu d’être humain comme vous et moi). Et ça, ça fait vraiment plaisir. On est à mille lieues de l’héroïne qui ne se concentre que sur des problèmes d’élue.

Résumé :

Après la mort de sa mère la Reine Elyssa, Kelsea Raleigh a grandi en exil, loin des intrigues du Donjon royal où son oncle diabolique a pris le pouvoir. Le jour de ses dix-neuf ans, une garde dévouée l’escorte de son repaire à la capitale, où elle devra reconquérir la place qui lui revient de droit et devenir Reine du Tearling.
Kelsea ne s’est jamais sentie aussi peu capable de gouverner. Pourtant, les atrocités qu’elle découvre vont la pousser à commettre un acte d’une incroyable audace, qui jette tout le pays dans la tourmente et déchaîne la vengeance de la Reine rouge.
La quête de Kelsea pour sauver son royaume et aller vers son destin ne fait que commencer. Long périple semé d’embûches, empli de bruit et de fureur, de trahisons et de combats farouches. Une épreuve du feu, qui forgera sa légende… ou la détruira.

Bonus. Shéa

Neph et Shéa d’Aline Wheeler

Je sais, c’est mon livre. C’est pour ça que je n’ai pas mis mes personnages dans le top, mais à part. Et puis, comme ce sont mes personnages, je n’ai aucune objectivité ! 😉

J’aimerais profiter de cet article pour vous donner — vite fait — mon point de vue d’autrice sur la création et l’écriture de personnages féminins.

Quand je crée mes personnages féminins (en fait, c’est valable pour tous mes personnages), j’essaie de les penser de manière réaliste. Alors, oui, j’ai des personnages stéréotypés… en fait, j’en ai un et je m’éclate tellement avec elle — parce qu’en plus, c’est une femme ! — que je ne la changerais pour rien au monde. Et puis ce n’est pas un personnage trop important dans le récit, donc, ce n’est pas si grave.
Je m’inspire énormément de mon caractère et de ceux des personnes qui m’entourent afin d’essayer de créer des personnages crédibles. Par exemple, je tente d’imaginer les réactions de mes proches en les mettant à la place des personnages qu’ils m’inspirent. Je me sers aussi beaucoup de l’adage qui dit : « On a souvent les défauts de ses qualités » afin de donner à mes personnages des défauts qui ne semblent pas sortis de nulle part.

C’est pour ça que, aujourd’hui, j’ose vous citer certains de mes personnages féminins, notamment, Shéa 😉

Résumé :
Au nord de l’Idalie, Shéa fuit la Tour des Ombres pour sauver sa vie.
Plus loin au sud, Neph fuit La Forteresse pour échapper à un destin guerrier dont il ne veut pas.

Leurs chemins les feront se rencontrer et les mèneront chez Berht, un vieil excentrique ami de la Prime Reine. Celle-ci chargera ce trio improbable d’escorter un curieux émissaire elfe jusqu’à Cérasa, une ville au sud du pays. Mais derrière cette mission officielle, s’en cache une autre, secrète, bien plus importante et plus dangereuse.

Deux cents ans après la Grande Guerre qui opposa les peuples unis de Tell’Andra aux Funestes, la paix qui régnait dans le monde s’étiole à nouveau. Une nouvelle ère sombre s’annonce.

Voilà ! J’espère que ça vous a plu et que ce petit top vous a éclairé sur ma vision d’un personnage féminin idéal.

Maintenant, c’est à vous de me donner vos tops 5 des personnages féminins, héroïnes ou pas, que vous estimez idéaux.

Découvrez d’autres conseils pour créer et développer vos personnages


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut