Lire quand on écrit : un indispensable ?


Aujourd’hui, j’aimerais parler avec vous d’un sujet dont j’ai souvent entendu parler (lu écrit ?) mais que je n’ai jamais croisé sur un blog ou de manière développée : les relations entre la lecture et l’écriture.

Les liens entre la lecture de fictions et l’écriture de romans sont souvent évoqués sans vraiment être traités. Du coup, j’avais envie de donner mon avis et de vous demander le vôtre, chers abonnés et chères abonnées.
Dans cet article, je voudrais aborder ces liens sous différents angles pour tenter de répondre à cette question : Est-il indispensable de lire quand on écrit ?

N.B. : La réponse et les explications que je développe dans cet article ne sont que mes propres idées et réflexions et non des vérités universelles. 😉

La lecture et l’inspiration

J’ai déjà croisé comme réflexion : Il n’est pas nécessaire de lire, puisqu’il y a les séries et les films pour s’inspirer.

Et… j’ai bondi ! Je pense que si vous avez lu mes articles 10 astuces pour trouver l’inspiration et La boîte à outils de l’écrivain, vous avez dû vous douter de ma réaction ! 😉

Je voudrais ne pouvoir vous répondre que par cette simple image…

… mais ce ne serait pas correct. 😉

Je pense que les films, séries, BD et autres peuvent être de bons compléments d’inspiration, c’est vrai. Mais je pense qu’il ne faut pas s’en contenter. Dans les livres, il n’y a pas ce côté visuel qui, pour moi, bride notre propre visualisation en même temps qu’il le nourrit. Quand on regarde un film ou une série, nous sommes nourris d’images en même temps que d’histoires et d’univers, mais ces films et séries nous imposent un visuel. Ces représentations sorties des imaginaires d’autrui viennent nourrir notre propre imaginaire visuel. Et ça, c’est cool.

Mais ce qui est encore plus cool, c’est pouvoir créer nos propres images pour les intercaler dans d’autres univers. Et c’est là que je trouve que la lecture est importante. Dans les livres, il n’y a pas d’images imposées (hormis l’illustration de couverture…), il n’y a que du texte (des gris pour utiliser un terme d’imprimerie) qui ne nous impose aucun visuel. C’est à nous, en tant que lecteur, d’aller chercher dans notre mémoire les éléments qui créeront le portraits de tel personnage, la sculpture de telle façade, etc.
Pour moi, cet exercice est indispensable pour nous, écrivains et écrivaines, pour nous apprendre à créer des images, à élaborer nos propres puzzles visuels afin que nous puissions donner naissance à un imaginaire qui nous est propre.

Je comparerais ça à la citation de Lao Tseu : Si tu donnes un poisson à un homme, il mangera un jour. Si tu lui apprends à pêcher, il mangera toujours.
De mon point de vue, ne se contenter que des séries et films, c’est comme nous donner du poisson. Alors que naviguer entre des œuvres visuelles (séries, films, BD, mangas,…) et des livres sans images, c’est apprendre à pêcher.

La lecture et les modèles

C’est connu que, en Art, lorsque l’on veut apprendre, il faut prendre un modèle, faire comme… Et la littérature n’échappe pas à cette règle. Je pense donc qu’il est important de lire beaucoup pour se trouver un modèle à copier, dans un premier temps, pour s’exercer avant de s’en défaire une fois que l’on a trouvé notre propre style, nos propres mots, en bref : notre griffe.

Quand on écrit des livres, il est important de s’imprégner des mots des autres, de leurs univers, de leurs styles afin de pouvoir en tirer ce qui nous convient et faire notre propre chemin en tant qu’écrivain-e. En gros, il faut apprendre les règles pour mieux s’en défaire.
Et je ne vois pas comment on pourrait apprendre à retranscrire des ambiances, des personnalités, des sentiments,… si on n’a pas appris comment les autres (les maîtres) le font. Les mots et leur usage ne s’apprennent pas au cinéma, ni dans les BD. Il faut des textes pour comprendre comment assembler les mots afin de transmettre des ambiances ou des personnalités.

Pour vous donner un exemple : j’ai relu plusieurs passages de batailles de plusieurs livres afin de m’imprégner des champs lexicaux et des structures des phrases pour retranscrire l’ambiance juste et le bon rythme dans mes propres écrits. Il ne s’agit pas ici de plagiat, mais bien de prendre exemple sur un maître en m’inspirant de ses techniques pour créer les miennes.

La lecture et le plagiat

J’ai entendu plusieurs auteurs/-trices dirent que pendant qu’ils/elles écrivaient un roman d’un certain genre, ils faisaient tout pour éviter de lire dans ce genre-là. Certain-e-s vont même jusqu’à arrêter complètement la lecture (de romans). Tout ça pour s’assurer de ne pas plagier les auteurs/-trices qu’ils/elles sont en train de lire et/ou pour éviter une sorte de surplus d’idées qui mettrait leur roman en cours sens dessus dessous.

D’autres, en revanche, s’abreuvent allègrement du genre en cours d’écriture afin, justement, de ne pas manquer d’inspiration, d’idées ou pour garder constamment à l’esprit les champs lexicaux dont ils ont besoin.

Et les dernier-e-s s’en fichent comme de l’an 40 et lisent ce qu’ils/elles ont envie de lire.

En toute honnêteté, je trouve que ces trois méthodes se valent puisqu’elles ne relèvent pas de la pratique de l’écriture en elle-même, mais bien du ressenti et des besoins de chacun.

Pour ce qui est de moi, je fais partie du dernier groupe. Toutefois, quand je suis en pleine préparation d’une histoire, j’aime bien m’imprégner de divers univers/récits qui ressemblent à ce que je suis en train de préparer.
Petit scoop du jour : je suis en train d’accumuler les romans de pirates parce que je compte écrire une histoire de pirates dans mon univers, Tell’Andra ! 😉

En conclusion : est-il indispensable de lire quand on écrit ?

Vous l’aurez compris, pour moi, c’est un grand OUI !

J’ai énormément de mal à concevoir qu’on ne lise pas (quand je dis « pas », je veux dire « pas du tout », de l’ordre de moins de 5-10 livres par an) et qu’on veuille écrire des romans. Pour moi, quel que soit le domaine artistique dans lequel on évolue, on a besoin de se nourrir de la production de ses semblables pour pouvoir créer à notre tour.

L’écriture, ce ne sont pas que des images et des univers que l’on donne au lecteur, ce sont aussi des mots qui transcrivent des ambiances et des sentiments. Si on n’arrive pas à maîtriser ces mots, on ne parviendra pas à retranscrire quoi que ce soit.
Il est vrai qu’en Fantasy et en Science-Fiction, nous sommes souvent des bâtisseurs d’univers dont les échafaudages et les coulisses ne sont accessibles que par nous-même. Cet envers du décor ne nécessite pas de réel recherche de style ou de vocabulaire (la plupart de mes descriptions sont écrites en style télégraphique !). En revanche, pour un roman, c’est une autre paire de manches !
Un roman, c’est un condensé de la vie de nos personnages et, comme aucune vie n’est fade et sans saveurs (bonnes ou mauvaises), il faut réussir à retranscrire cette vie avec des mots justes. Travailler les ambiances, rendre les personnalités,… ne sont pas des choses aisées, mais ce sont des choses qui s’apprennent. Et elles ne peuvent s’apprendre que dans les livres.

Voilà ! J’espère que cet article vous a plu !

J’attends vos points de vue en commentaire ! Ça m’intéresse de connaître vos opinions à ce sujet ! 😀

Découvrez d’autres sources de créativité et d’originalité


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut