Créer son système de magie : Les 5 règles d'or de la Magie

Créer son système de magie : Les 6 règles d'or de la Magie

Aujourd'hui, on parle des 5 règles d'or de la Magie.

La cohérence est un élément essentiel dans tout roman. C’est aussi un élément très compliqué à respecter lorsque l’on crée des univers entiers et, surtout, des systèmes de magie complexes.

Ces cinq règles d’or présentées dans ce point sont autant destinées à vous aider dans la création de votre système de magie qu’à vous permettre de rester cohérent-e lors de la rédaction de votre roman.

 

1. Des notes tu prendras

Il est primordial que vous sachiez comment votre système fonctionne et, surtout, que vous vous en rappeliez. Pour ce faire, vous n’avez pas le choix, il faut le décrire quelque part. Que ce soit sur ordinateur ou sur papier, vous ne pourrez pas y couper. Ces notes vous serviront à garder une évolution logique de votre magie au sein de votre univers et durant la rédaction, étape qui peut facilement nous faire perdre le fil de nos pensées et la logique de ce que l’on a créé.

De même, référez-vous y fréquemment afin de assurer que vous respectiez bien les règles que vous avez établies.

 

2. Les règles de la Magie jamais tu ne transgresseras

Veillez à ne jamais passer outre les règles que vous avez établies.

Dans les notes que vous avez soigneusement prises, vous avez établi des règles pour votre magie. Ces règles définissent comment votre magie opère dans votre univers, qui peut la manipuler, comment les thaumaturges parviennent à la manipuler, leur apprentissage, etc. Vous devez les respecter et ne jamais vous en écarter même pour un tout petit sort de rien du tout. S’il doit y avoir une singularité dans votre système, elle doit être expliquée. Vous ne pouvez faire apparaître une particularité de nulle part et sans raison.

Considérons l’exemple vu et revu du personnage élu d’une prophétie. Ce personnage, quand il est thaumaturge, est souvent plus puissant que la normale. Il faut une explication, son don ne doit pas tomber du ciel. La raison « Il est fort parce qu’il est l’Élu, un point c’est tout ! » ne peut pas fonctionner.

Notons toutefois que l’ignorance peut être une explication satisfaisante dans un univers de Fantasy. Dans ces cas-là, l’ignorance de la raison, ne signifie pas qu’il n’y a pas d’explication, mais simplement que nous (auteur/autrice et/ou nos personnages) ne la connaissons pas. De cette manière, on ne trahit pas le lecteur en lui demandant d’accepter un fait sans condition.

 

3. Une évolution logique tu détermineras

Il paraît clair qu’une gradation dans l’évolution de magie est nécessaire, et plus précisément dans celle du ou des thaumaturges.

Lorsque vous exposez votre magie au personnage novice et/ou au lecteur, vous devez y aller petit à petit et sans sauter d’étapes et risquer de devoir revenir en arrière. Tout comme on apprend à marcher avant d’apprendre à courir, la perception de votre magie doit évoluer de façon logique et graduelle.
Et, encore une fois, expliquez ces évolutions, le lecteur n’a pas à accepter ce qu’il se passe juste parce que vous avez décidé que ça doit se passer.

 

4. Le prix de la magie toujours tu paieras

Vous connaissez certainement cette citation de Lavoisier, chimiste français du XVIIIe siècle : « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. »
Il en va de même pour la magie : rien n’est créé de rien et rien n’est totalement détruit.

Si un thaumaturge n’a qu’à agiter sa baguette en prononçant des mots incompréhensibles pour détruire le monde ou le sauver, il n’y a pas d’histoire. Il faut des enjeux et des conditions pour que la magie opère. L’une de ces conditions est le prix de la magie.
Ce prix peux se traduire par des années d’apprentissage, par des ingrédients à réunir (v. Les composantes de la magie), par de l’énergie à consommer (cf. la mana dans les jeux vidéos)…

De même, s'il n'y a pas de prix à payer en amont, alors il y a une contrepartie à offrir en échange. Lorsque la magie détériore quelque chose — un sort, une personne, un objet… — ce qui est détérioré ne peut pas juste se volatiliser, ça doit devenir autre chose. C’est le principe de la contrepartie.
Cette contrepartie peut être, par exemple, un transfert de malédiction ou quelqu'un qui subit l'effet inverse d'un sort afin d'équilibrer les forces.

 

5. Les limites de la magie jamais tu ne franchiras

La magie ne peut pas être omnipotente et résoudre tous les problèmes. Encore une fois, s’il s’agit d’agiter une baguette et de dire trois mots en latin pour obtenir tout ce que l’on souhaite, la magie n’a aucun intérêt. Il faut qu’elle ait ses limites.

Ces limites peuvent se manifester par le prix à payer pour la manipuler, les contreparties découlant de son utilisation ou de la contre-magie, tout simplement.

 

Voilà ! J'espère que cet article vous a plu et qu'il vous aidera à garder votre cohérence lorsque vous créerez votre univers et écrirez votre roman. On se retrouve dans 2 semaines pour parler des 3 axes de la création d'un système de magie !

En attendant, n'hésitez pas, bien entendu, à me dire ce que vous avez pensé de cet aticle ! wink

 

Commentaires

Salut ^^

Comme toujours, ton article est très inspirant. Par contre, j'aimerai avoir plus de précision sur le principe de "contre-magie" que je ne suis pas sûre de bien comprendre.

J'ai hâte de lire ton prochain article, même si pour moi deux semaines c'est trop ^^

Je me demandais également si tu pouvais faire des articles pour présenter la magie blanche et la magie noire. J'ai chercher, mais n'ai pas réellement trouvé d'informations sur ces sujets là.

Le principe de contre-magie, c'est quand tu lances un sort pour en contrer un autre. Par exemple, si un mage lance une boule de feu, un sort de contre-magie serait de lancer un mur d'eau (ou de glace) pour se protéger.
Autre exemple : si tu mets en place un bouclier pour protéger [un endroit/un objet/quelque chose/quelqu'un] la contre-magie consisterait à élaborer un sort pour faire tomber (contrer) le bouclier.

Il s'agit du prinicpe sort vs contre-sort, si tu préfères.

Quant aux magies de couleur, j'en parlerai dans l'article sur les écoles de magie smiley

Salut

Merci pour l'article, très utile.

A propos des écoles de magie, parleras-tu de celles de Donjon et Dragon ( abjuration, nécromancie... ) ?

Si non, ( mais je pens que tu avais prévu d'en parler ) tu peux te renseigner sur le sujet car je trouve le système particulièrement organisé et interressant.

Merci encore

Oui, pour l'article sur les écoles de magie, je me base sur le système de D&D, mais en partie seulement. wink

Le système de D&D n'est pas assez généraliste à mon goût pour cette série d'articles.

C'est vraiment très intéressant. Il y a pleins de règles que je ne respecte pas dans mes histoires. Et tes articles m'aident énormément. Alors merci et continue comme ca :)

Ah ben... Tu dois revoir ton système pour respecter ces règles, du coup ? ^^'

Super article. 

Je suis content de respecter les 5 principes depuis déjà un bon moment ! :D

Continue comme ça ; tes articles sont très cool ! 

Merci ! laugh

Salut Zaha !

J'ai découvert ton site il y a quelques temps et le consulte quotidiennement depuis : il m'aide énormément dans mes projets d'écriture. Ce commentaire pour te remercier pour tout le contenu de qualité que tu partages gratuitement ici. Je lis et relis tes articles, qui résonnent avec mes propres méthodes de travail et m'apprennent aussi beaucoup. Encore mille mercis !

Winnie

Merci beaucoup ! laugh

Merci pour cet interessant article très complet. Merci

Super travail Zaha, comme d'habitude. Bravo! Quel excellent article clair et concis.

Décidément, j'adore quand tu fais des points, c'est toujours expliqué de manière plutôt ludique et je trouve que c'est sympa !

Enfin, revenons sur le contenu : encore une fois, tout est précis et j'apprécie particulièrement ce fait. On voit que tu vas à l'essentiel et ça aide vraiment beaucoup. Donc encore merci et hâte de lire la suite !

Merci ! laugh

Un article très complet comme d'habitude, continue comme ça tu fais vraiment du bon travail !!!

Merci ! ^_^

Je sais pas pourquoi  mais pour moi, toute ces règles coules de sources. 

Quand j'écris mon histoire de Science-Fantasy, toutes ces règles me venaient directement à l'esprit. Des fois, j'écris mon histoire dans l'élan et je fixe des règles sans même m'en rendre compte. Parce que, obligatoirement, il est important de mettre des règles dans ton monde d fantasy, pour qui'il soit cohérent et logique. Je pense que tout auteur/e de Fantasy doit impérativement établir des règles et les respectés.

Le plus dur quand on établit des règles, c'est de les respectés jusuq'au bout comme tu le dis dans l'article. Et je pense, que c'est LA difficulté à tout auteur/e de Fantasy. 

Enfin, très bon article tout de même. :D J'ai hâte de voir les autres sujets sur la magie ! 

Pour moi aussi, ces règles coulent de source, mais je sais que ce n'est pas le cas pour tout le monde.

Par exemple, le plus courant c'est de faire une exception pour son Élu-e. Mais rien que ça rend le système de Magie bancal :/

L'exception qui tueral'univers de l'auteur. Au pire, autant l'éviter MDR l'histoire se portera bien mieux sans lui ou elle x-)

Mais toutjours est-il qu'une élue bien travaillé, sera toujours la bienvenue. C'est ce que je comprends pas d'ailleurs... Comment les auteurs ne peuvent pas donner plus de consistances pour leurs élus ? Je me demande vraiment ce qu'ils les en empêches.

Toutes les choses qu'on peut imaginer pour donner une histoire intéressante, attachante, incroyable pour l'élu sont illimités ! La seule limite qui peut y avoir, c'est l'imagination de l'auteur. Pour moi, l'auteur de Fantasy doit savoir imaginer tout un monde en s'inspirant très peu. En faisant ça, il sera capable d'inventer des choses sans être trop influencé par ces références, par ces auteurs favoris. Un monde de fantasy doit être propre à chaque auteur, et non une copie conforme d'un autre auteur... 

Le principe-même de l'Élu-e, c'est d'être limité sad

Je sais que je vais être chiant x-) mais comme je l'ai dit, la seule limite est l'auteur en question. Le personnage de l'élu est un cliché, c'est donc à l'auteur de surprendre le lecteur là où il s'y attend le moins. ;-) Et pour ça, y a pas vraiment de limite... 

Je suis d'accord avec toi mais si l'auteur a justement adoré l'élue d'un autre auteur, il va forcément en creer un à son image puisque c'est son idéal

 tu vois ce que je veux dire. Je ne dis pas qu'il fait plagier l'auteur. Moi par exemple, j'adore la quantité de pourvoir qu'a le personnage de Merlin dans la série Les Aventures de Merlin et en même temps j'adore le côté guerrier du personnage Karigan dans Cavalier Vert et donc dans mon univers, mon personnage principal est une sorte de fusion entre les deux où j'ai quand même limite ses pouvoirs  (pour ne pas faire autant que dans Merlin) parce que je n'aime pas quand les personnages peuvent tout faire mais je n'aime pas aussi quAnd ils ne savent rien faire. Voilà tout ça pour dire que beaucoup d'auteurs s'inspirent des personnages qu'ils ont aimé chez d'autres auteurs. En tout cas c'est comme ça que je le vois moi, et souvent j'aime bien dire : oh il ressemble à tel ou tel personnage que j'aime bien. Voilà après,  chacun son point de vue et celle ci était la mienne. 

Ouais, je vois ce que tu veux dire.

Qu'il suffit de prendre des morceaux de tel ou tel personnages pour en créer un nouveau avec ta propre sensibilité, personnalité etc. Oui, sa peut apporter quelque chose à l'auteur. Mais je suis persuadé que si l'auteur invente ses personnages de son propre chef, et non en reprennant de petites parties d'autres personnages, même s'il les a aimé, sa ne pourra t'être que bénéfique puisque sa lui forceré à travailler son imagination pour faire des protagonistes originaux. :-) 

Tu as ta vision de la fantasy et je le conçois ;-) La mienne est diamétralement opposé je crois... x-) La vision que j'ai de la Fantasy, est comme si chaque auteur à une planète qui leur appartient. Et dans cette planète, l'auteur fait tout ce qu'il veut. Que ce soit la structure narrative, les monstres, les mages, la civilation perdue, les continents, etc. tout doit être propre à chaque auteur. Je pense sincèrement, que si les auteurs agissaient comme ça, le genre Fantasy se porterait beaucoup mieux, et n'arrêterait pas de se renouvelé (bien que je sais qu'il y est des auteurs, qui apporte du neuf pour ce genre).

Ouaiiis, un débat !

Je ne pense pas que Ravage dise vraiment ça (il me corrigera si je me trompe ;) ), j'ai plutôt l'impression qu'il suggère de créer un personnage à part entière et de lui ajouter une ou deux caractéristiques de persos existants qui nous plaisent.

Cela dit, je partage ta vision de la Fantasy, Baziorice : chaque auteur a ses propres mondes dans sa tête, sortis tous droits de son imagination. Mais à mon sens, il ne faut pas perdre de vue que notre imagination est basée sur notre vécu, notre expérience, notre connaissance. Lorsque tu inventes (procédé rhétorique, je ne parle pas juste de toi mais de tous les auteurs ^^) un univers et des personnages, ils seront inspirés de personnes réelles de ta connaissances, ou de personnages tirés d'un film que tu as vu, d'un livre que tu as lu, d'un anime que tu as regardé, etc... C'est un processus inconscient, je ne dis pas que c'est voulu de ta part. Mais je pense que c'est logique, et impossible de faire autrement. Par exemple, tu parlais de monstres : TOUS les monstres que je connais, que ce soit en SF ou en Fantasy, ont soit de la peau "nue" (comme les amphibiens), soit des écailles (reptiles/poissons), soit des poils (mammifères), soit un exosquelette chitineux (arthropodes), soit plus rarement des plumes (oiseaux). Et pourtant, qui sait ce que la vie, si elle existe ailleurs, a pu créer comme types de tissus ! Mais voilà, on est incapables d'imaginer autre chose, vu que c'est tout ce qu'on connait.

Loukass, tu as su mieux explique ce que je voulais dire. En effet, l'auteur se base de son vecu ou de ce qu'il voudrait qu'il se passe dans sa vie à lui. Après,  quand on regarde tous les genres, les memes critères reviennent pour chaque genre, ce qui fait que cà enlevé déjà une partie de l'originalité. Par exemple en fantasy, il doit y avoir de la magie ce qui fait Baziorice, que l'auteur ne peut pas enlever ce point là dans son livre sinon il s'écarte du genre et donc il est finalement limite. Après je défends ce pont de vue parce que je préfère le genre traditionnel que l'original sauf si c'est vraiment génial.  Par exemple, dans Ravage de René Barjavel  (oui je sais je me carte, c'est un science fiction), l'auteur a écrit son livre en 1943 et le monde qu'il a créé devait être vraiment original voire même biZaïre à l'époque.  pourtant quand on compare à la nôtre elle lui ressemble presque en tout point, et c'est pour ça que j'ai adoré ce livre. l'auteur a reussi à imaginer un futur qui est arrivé et ça vraiment difficile.  Comme quoi peut être que  dans les siècle à venir,  luni vers ressemblera à celui de Star Wars. Bon je me suis un peu ecarter mais c'était pour dire que l'auteur s'est inspiré de ce qu'il avait pour creet quelque chose de concret et de possible tout en respectant les caractéristiques du genre. Et ça ça fait un point pour toi car il a réussi à être original mais il s'est tout de même inspiré et ce n'est pas que son imagination qui a travaillé.  mème chose pour Tolkien qui s'est inspiré des mythologies scandinaves et germaniques. Donc voilà mais comme je l'ai dit je préfère le tradituonnel que l'original. Mais chacun son point de vue.

Le principe-même d'un genre c'est d'avoir des caractéristiques et des critères à respecter. Du coup, si tu veux écrire une histoire dans un univers dépourvu de magie, tu peux. Ce ne sera juste pas de la Fantasy, mais autre chose. Du coup, je ne vois pas en quoi c'est limitant.

Et je ne vois pas vraiment où tu veux en venir avec Ravage et Star Wars. frown

Bah je suis d'accord avec toi et non en même temps, Ravage.

Par exemple, ce n'est pas parce que tu enlèves des dragons et des elfs dans ton histoire de Fantasy, qu'il sera forcément catalogué dans un autre genre. Pour moi, tout univers qui est en dehors de la Terre sera d'office de la Fantasy. Donc, qu'il n'y est pas de magie, ou qu'il n'y est pas "d'éléments propres" à la Fantasy ne me gêne vraiment pas. Tant que tout est bien fait, et que ça se distingue énormément (c'est ce que je veux. Il faut que le lecteur, dès qu'il ouvre un livre (ou une BD, etc) de Fantasy (je précise) qu'il se dit:"tient, c'est pas du tout comme le livre que j'ai lu la dernière fois." En vrai, il faut que le lecteur accepte le monde que l'auteur à créé. S'il y a pas d'elfs, ou pas de nains, il faut que le lecteur l'accepte, puisqu'il est déjà propulsé dans un univers qui ne lui ressemble pas, qu'il ne connait pas. C'est là, tout le principe même de la Fantasy à mes yeux : découvrir l'inconnu.) d'un auteur à l'autre.   :-)

Ah... Je vois que tu n'as pas lu mon article à propos de la place de la magie dans la Fantasy dans lequel j'explique en long, en large et en travers pourquoi ce n'est pas de la Fantasy s'il n'y a pas de magie wink

Ah. Eh bien je vais le lire. :-)

Ah ! D'accord.

C'est complètement l'opposé de ce que je pensais x-) 

Je suis d'accord que l'imagination vient en grande partie aux vécus des auteurs, de leurs expériences, de ce qu'ils savent, etc. mais il existe plusieurs manières de développer et de travailler son imagination. Il ne faut pas spécialement par exemple, avoir fait le tour du monde pour que les auteurs décrivent des univers détaillés, ultra riches... Ce que je veux dire, c'est que pour inventer quelque chose en Fantasy, il ne suffit pas d'avoir énormément de vécu pour écrire une histoire de Fantasy. Puisque l'imagination fera déjà tout le travail, il suffira simplement que tout ce qu'on imagine soit cohérent avec l'univers qu'on créait. C'est là où les règles que les auteurs inventent pour leurs univers, entreront en jeu..

(Tinquiète, j'avais compris ^_^ ) En toute honnêteté dans mon histoire, les moment où je voyais que je m'inspirais d'autres oeuvres inconsciemment sont franchement minimes x-) Pourtant, j'en ai vu et lu des choses (surtout des mangas) et c'est en refaisant plusieurs relectures de mon histoire, que j'ai remarqué que je m'inspirais pas tant que ça de ce que je connaissais.Tellement il y en a peu, que je peux te dire qu'il y a en tout 2 événements dans mon histoire, où je me suis inconsciemment inspiré d'autre oeuvres. Il y a aussi un de mes protagonistes féminins qui ressemble à l'une de mes connaissances, surtout au niveau du visage. Mais sinon, tout ce qui s'agit de son passé et de sa personnalité ne ressemble en aucun cas à cette connaissance, ou d'un personnage que j'ai déjà vu dans un film ou autre. J'ai directement imaginé son passé pour qu'elle est une vraie personnalité (je trouve cette méthode plus naturelle pour un personnage, que de lui collé directement une étiquette, ou lui donner un trait de caractère déja existant. Ça m'aide à trouver ce que je veux vraiment à savoir, comment mon personnage sera véritablement à la fin.) qui lui est propre. 

C'est vrai que tout les monstres ont presque la même peau. Mais ce qui fera la différence d'un monstre à l'autre, ce sera plus sur sa façon de marcher ; combien de membres aura-t-il ; a-t-il une capacité spécial qui le différencie des autres ; peut-il parler avec les gens ; peut-il être apprivoiser ; et j'ai même envie de te dire, qu'au niveau de la peau, on peut faire des mélanges qui pourront peut-être apporter quelque chose de nouveau. Mais bon, peut-être que je vise trop haut ? 

 

Ah, par définition, si tu te rends compte que tu t'inspires de quelque chose, ce n'est plus inconscient ^^ Mais je vois ce que tu veux dire. Et je suis d'accord avec toi sur le fait que prendre un perso tout fait ne présente que peu d'intérêt, sinon celui de l'extrême facilité. Oui, je peux faire un copié/collé de Gandalf et l'appeler Prakohirr, mais ce ne sera pas mon perso, ce sera celui de Tolkien. Il ne servira pas mon histoire, ne transmettra pas mes émotions ni mon message.

Concernant l'imagination, je te rejoins sur un point : on peut la développer, la travailler. Inutile en effet de faire le tour du monde pour créer des univers riches, même si ça doit aider. Mais je ne parlais pas de limites au sens individuel du terme, mais pour l'humanité toute entière : l'être humain ne peut créer qu'à partir de ce qu'il connait (encore une fois, ce n'est là que mon avis, pas une évidence scientifique). Tu parles d'univers riches et détaillés, et je suis entièrement d'accord, mais si on y regarde de plus près de quoi sont-ils composés ? Forêts, montagnes, plaines, lacs, rivières, déserts. Parfois les rochers flottent dans les airs, parfois les forêts sont des forêts de champignons géants, mais ce sont toujours des éléments que l'on retrouve dans notre monde réel. Tiens, décortiquons ton dernier paragraphe :

"Ce qui fera la différence d'un monstre à l'autre, ce sera plus sur sa façon de marcher ; combien de membres aura-t-il  ? "

Pourquoi forcément marcher, nager ou voler ? Pourquoi avoir des membres, que ce soient des pattes, des tentacules, des pseudopodes, des ailes ? Existerait-il un autre moyen de se déplacer ?

" A-t-il une capacité spéciale qui le différencie des autres ; peut-il parler avec les gens ; peut-il être apprivoisé ?"

De mon point de vue, l'apprivoisement est plus la caractéristique de l'apprivoiseur que de l'apprivoisé, mais c'est là un autre débat ^^. Sinon, pourquoi parler ? Les animaux communiquent par le biais d'expressions corporelles, sans mots. On a même découvert que les végétaux étaient capables de communiquer sans bouger, par le biais de molécules chimiques. Mais allons même plus loin : pourquoi communiquer ? Est-il possible qu'une forme de vie puisse se développer sans avoir besoin d'intéragir avec d'autres formes de vie ? Bon, personnellement, je ne le pense pas, mais allez savoir ^^

"Et j'ai même envie de te dire, qu'au niveau de la peau, on peut faire des mélanges qui pourront peut-être apporter quelque chose de nouveau."

Mais voilà exactement où je veux en venir ! Des mélanges, pas des inventions. Tu peux mélanger un lion, un scorpion et un humain pour faire une créature imaginaire et l'appeler manticore, mais ça reste des morceaux d'animaux existants. Quand on crée, on s'inspire toujours de quelque chose de connu, que ce soit consciemment ou pas. Je suis persuadé que nous sommes incapables de créer quelque chose de toutes pièces. Peux-tu m'inventer un nouveau type de peau, qui ne soit inspiré de rien de connu, rien du tout ? Rien d'organique, mais rien non plus d'artificiel. Pas de métal, pas de rocher, pas de flammes, pas d'énergie, etc... Personnellement, j'en suis totalement incapable.

"Mais bon, peut-être que je vise trop haut ?"

A mon humble avis, en matière d'imagination on ne vise jamais trop haut ^^ Tu l'as dit toi-même, c'est en cherchant à faire original que le genre se renouvelle !

Ah, et désolé pour cet indigeste pavé :/

Ouais, c'est vrai x-) Mias si tu vois au moins ce que je veux dire, alors j'ai pas besoin de préciser ;-) Et oui voilà, tout à fait ! Je préfère mille fois galérer à créer des personnages de A à Z, que de prendre directement un autre personnage qui ne m'appartient pas. Faut que je sens que j'ai travaillé.

D'accord je vois. C'est vrai qu'il est plus que difficile de créer sans avoir de référence, et je le conçois. Pas que c'est impossible mais c'est très dur. Les forêts, les rivières, etc. des autres mondes s'inspirent du notre, c'est vrai (Après c'est normal, qu'il y est tout ça sur une planète potentiellement habitable non ? Ça me parrait logique. x-) ).  Mais justement, c'est là tout l'intéret à mon avis de la Fantasy aussi. Que l'auteur est de la difficulté à créer quelque chose qui ne ressemble à rien de ce qu'on à vu, en ayant le minimum de référence, pour avoir un univers qui est considérablement opposé à tous. Comme je l'ai dit, il faut que chaque livre, bd ou autre, soit toujuors une nouvelle aventure, une nouvelle découverte... C'est ce que devrait être la Fantasy pour moi. La pensé que je partage, n'est pas ce que pense tout le monde a mon avis. Beaucoup de personnes avec qui j'ai parlé sur des forums , aiment rester dans le conformisme. Comme si elles avaient peur de l'inconnu et que s'il y a quelque chose, qui ne leurs ressemblent pas, elles pourraient détester le livre (BD, etc.) au lieu de tenter. :-/ Alors que découvrir ce qu'on ne sait pas, devrait plus motivé plutôt que de faire peur...

"Pourquoi forcément marcher, nager ou voler ? Pourquoi avoir des membres, que ce soient des pattes, des tentacules, des pseudopodes, des ailes ? Existerait-il un autre moyen de se déplacer ?"

C'est vrai que j'ai pas réfléchi à la question... Tu viens de me donner une grande piste MDR x-) Ce serait intéressant de voir des créatures qui ne se déplacent pas comme on voit d'habitude ! 

"Sinon, pourquoi parler ? Les animaux communiquent par le biais d'expressions corporelles, sans mots. On a même découvert que les végétaux étaient capables de communiquer sans bouger, par le biais de molécules chimiques. Mais allons même plus loin : pourquoi communiquer ? Est-il possible qu'une forme de vie puisse se développer sans avoir besoin d'intéragir avec d'autres formes de vie ? Bon, personnellement, je ne le pense pas, mais allez savoir ^^" 

Pourquoi parler ? Bah je sais pas MDR Je me dis que ça peut être une possibilité et qu'il ne faut jamais écarter toute possibilité. Une créature qui parle peut apporter du contenu en plus pour l'histoire (même si c'est pas une première, on est d'accord là-dessus.). Après oui, qui nous dit que des créatures s'auto-développer ? x-) on part peut-être loin, mais qui nous dit que n'existe pas... même si on est pas sûr ! Qui nous dit qu'une planète à besoin d'eau pour abriter la vie ? 

"Mais voilà exactement où je veux en venir ! Des mélanges, pas des inventions. Tu peux mélanger un lion, un scorpion et un humain pour faire une créature imaginaire et l'appeler manticore, mais ça reste des morceaux d'animaux existants. Quand on crée, on s'inspire toujours de quelque chose de connu, que ce soit consciemment ou pas. Je suis persuadé que nous sommes incapables de créer quelque chose de toutes pièces. Peux-tu m'inventer un nouveau type de peau, qui ne soit inspiré de rien de connu, rien du tout ? Rien d'organique, mais rien non plus d'artificiel. Pas de métal, pas de rocher, pas de flammes, pas d'énergie, etc... Personnellement, j'en suis totalement incapable." 

Oui, mélanger vient toujours de quelque chose qu'on connait forcément. Et moi je suis persuadé qu'il est possible de créer quelque chose de toute pièce. On ne devrait pas sous-estimé la capacité inné que nous avons tous qui est l'imagination Loukass. Donnes-moi 1 an et je te la fait cette nouvelle peau MDR j'déconne x-) mais voilà... tu vois où je veux en venir ? Pas que c'est impossible, mais que ça peut être possible...

"A mon humble avis, en matière d'imagination on ne vise jamais trop haut ^^ Tu l'as dit toi-même, c'est en cherchant à faire original que le genre se renouvelle !"

L'originalité est la clé pour la Fantasy. Pour maintenant et pour son futur. J'en suis convaincu à 1 000 000 %. Si les auteurs n'arrivent pas à ce dinstinguer les un des autres, et d'arrêter de s'inspirer de Tolkien (surtout lui hein...), je crains malheureusement que la Fantasy va sombrer dans les abysses. Après tu me diras qu'il existe les sous-genres comme la Dark Fantasy, High-Fantasy et tout, mais même là, j'ai l'impression que les auteurs n'arrivent pas à sortir ud genre et proposer quelque chose de nouveau... (Et il n'y a que le manga Berserk, qui pour moi, à su apporter quelque chose à la Dark Fantasy) Peut-être qu'après, c'est moi qui me renseigne mal, ou lis de mauvais livre. Je verrais. :-)

J'ai fait un pavé aussi et j'en suis désolé MDR x-) 

Je suis tout a fait d'accord quand les histoires sobt exactement les meme que d-autres c'est barbant et ennuyant mais quand tu dis qu'il ne faut pas copier Tolkien la ke ne suis plus tout a fait d'accord. Oui il ne faut pas faire un copier-coller du personnage de Frondon ou de Gandalf ou de l'histoire c'edt vrai mais on peut s'y inspirer. En plus, il ne faut pas oublier que Tolkien est considéré comme le pere du genre et que si pn ne reprend pas un minimum d-elemenrs qui caracterisent le livre (la magie par exemple) on s'ecarte du genre. De meme quand tu dis que le monde fantasy est comme une nouvelle planete pour chaque auteur ce n'est pas tout a fait nouveau parcd que par exemple la medfan est medievale et doit donc avoir un cadre medieval. Ou pour l'urban fantasy, il doit y avoir des villes (urban vient du latin : urbs,urbis qui signifiz ville mais je suis sure que tu me savaos deja grace a l'article de Zaha;-)). Donc tu peux faire original mais il.ne faut pas oublier de respecyer les caracteristiqyes de chaque genre. Tu avais dit a un moment la fantasy doitcse passer autre part que sur ma terre pas forcement qye la fantasy le science fiction aussi et puis encore une fois pour le cas de l'urban fantasy (si je ne me trompe pas) ca se passe sur Terre. Apres un texte repititif c'edt vraiment enervant he te comprends. Et quant au cas de l'imagination je rejoins l'avis de Loukass notre imagination travaille mais elle a besoin d'outils pour creer l-univers souhaite et ces outils on les emprunte de ce que l'on connait. Et puis la science obeit a certaines regleq bien ditinctes mais elle peut aussi parfois etonnante donc il est possible qu'un jour l'on découvre quelque chose de tout a dait different et ca remettra en cause ce que l'on sait deja. Je suis desolee pour le retard, je n'avais pas su repondre plus tot;-);-)

 

Je vais juste ajouter quelque chose (oui je cherche la petite bete c est danq ma nature alors desolee) : comme l'a dit Romain Godest sur spn blog :"il n'y a rien de moins original que de chercher a faire original" quand on regarde mieux cette phrase elle est finalement vraie. Voila ppurquoi: en ce temps (21e siecle lol) la plupart des auteurs cherchent a faire original ce qui fait que ce n'est plus du tout original puisque justement original c est quelque cjose qui sort du lot alors si tout me monde veut faire original ce n est plus original. C est mon point de vue et a chacun lr sien. Moi par exemple dans le.roman quz je sui en traon d'ecrire, j ai cree les personnages et l-univers commz je les aimais sans chercher a etre original ou pas. J ai invente ce que j'aimais. Voila apres chaucun comme il pense.

Je pense que c'est la meilleure chose à faire : écrire ce qu'on aime. De toute manière, on passionnera toujours plus les lecteurs en leur proposant quelque chose qui a été écrit avec passion que quelque chose qui a été écrit avec "calcul".

"mais quand tu dis qu'il ne faut pas copier Tolkien la ke ne suis plus tout a fait d'accord. Oui il ne faut pas faire un copier-coller du personnage de Frondon ou de Gandalf ou de l'histoire c'edt vrai mais on peut s'y inspirer. En plus, il ne faut pas oublier que Tolkien est considéré comme le pere du genre et que si pn ne reprend pas un minimum d-elemenrs qui caracterisent le livre (la magie par exemple) on s'ecarte du genre."

C'est là où je veux en venir Ravage. C'est pas parce que c'est le père fondateur de la Fantasy, qu'on ne peut pas aller plus loin que le fondateur lui-même. On est si limité que ça, à ne pas pouvoir créer nos propres mondes, sans avoir "l'aide" de Tolkien ?? La Fantasy est si enfermé sur elle-même, qu'elle ne peut pas inventer autre chose que des elfs, nains, dragons, orcs ?? Fantasy veut dire "imagination" en anglais, non ? Fantasy ne veut pas dire "Tolkien" à ce que je sache MDR ! x-) 

"De meme quand tu dis que le monde fantasy est comme une nouvelle planete pour chaque auteur ce n'est pas tout a fait nouveau parcd que par exemple la medfan est medievale et doit donc avoir un cadre medieval. Ou pour l'urban fantasy, il doit y avoir des villes (urban vient du latin : urbs,urbis qui signifiz ville mais je suis sure que tu me savaos deja grace a l'article de Zaha;-))."

Je suis tout à fait d'accord Ravage, mais t'es pas obligé de rester sur Terre. Le Med-fan est une utilisation libre du Moyen-Âge, il ne faut pas oublier aussi que c'est un sous-genre de la Fantasy. Donc, tu peux faire un Moyen-Âge qui ne ressemble en rien au notre. Un Moyen-Âge d'une autre planète x-) Tu vois où je veux en venir ? MDR Si tu comprends pas, vraiment, c'est pas grave... :-) Et l'urban fantasy, je m'y connais pas assez pour en parler. J'ai du lire 2 où 3 livres et sans plus. C'est un sous-genre qui m'attire pas de base... Le fait que ça se passe sur Terre peut-être ? 

"Donc tu peux faire original mais il.ne faut pas oublier de respecyer les caracteristiqyes de chaque genre."

Bah pour moi, tu respectes le genre de la Fantasy, puisque c'est de l'imagination. Les Dragons par exemple, ce sont des monstres caractéristiques de la Fantasy. Si l'auteur de Fantasy, un jour, prend le mot dragon, mais que le dragon qu'on imagine tous donc, avec des ailes et tout, est complètement différent de ce qu'on connait. Est-ce que tu considéreras toujours que c'est un Dragon ? Moi oui, puisque c'est l'univers de l'auteur. Peut-être que ça me fera bizarre, certes, mais ça pourrait apporter que du neuf.

"Tu avais dit a un moment la fantasy doitcse passer autre part que sur ma terre pas forcement qye la fantasy le science fiction aussi"

La science-fiction doit expliquer pourquoi on quitte la Terre pour aller vers une autre planète. La Fantasy, elle, n'a pas besoin de l'expliquer. C'est là tout le pouvoir de la Fantasy. C'est de te faire accapter tout et n'importe quoi, que ça restera normal. Donc si le lecteur sait qu'il lit une histoire de Fantasy, et que cette histoire commence directement ailleurs que sur Terre, il acceptera sans problème (normalement). Tant dis que si le lecteur lit une histoire de SF, et que cette histoire commence sur une autre planète avec des humains dessus, il faudra vite lui expliquer pourquoi ils ont quitté la Terre, au risque de perdre le lecteur... A mon avis. :-)

Pour le reste, je n'ai vraiment rien à dire. Peut-être parce qu'aussi, je suis KO ? x") mais je te rejoins quand tu dis que la science peut nous étonner et qu'il est possible que l'on découvre des choses diffétentes de ce qu'on connait. ;-)

 

Je suis tout à fait d'accord Ravage, mais t'es pas obligé de rester sur Terre. Le Med-fan est une utilisation libre du Moyen-Âge, il ne faut pas oublier aussi que c'est un sous-genre de la Fantasy. Donc, tu peux faire un Moyen-Âge qui ne ressemble en rien au notre. Un Moyen-Âge d'une autre planète x-) Tu vois où je veux en venir ? MDR Si tu comprends pas, vraiment, c'est pas grave... :-) Et l'urban fantasy, je m'y connais pas assez pour en parler. J'ai du lire 2 où 3 livres et sans plus. C'est un sous-genre qui m'attire pas de base... Le fait que ça se passe sur Terre peut-être ? 

La caractéristique de base de la MedFan, c'est de prendre pour cadre le Moyen-Âge européen. Sort ce cadre du medieval occidental et ce n'est plus de la MedFan wink
En revanche, je crois comprendre ce que tu veux dire : le Moyen-Âge n'est qu'une période sur la ligne du temps d'un peuple considéré définie par des limites plus ou moins arbitraires. On pourrait donc considérer que le Moyen-Âge d'une civilisation autre que terrienne pourrait bien être l'équivalent d'une ère préhistorique ou, à l'inverse, d'essor technologique de notre terre, par exemple, et de lui coller une culuture autre qu'occidentale. C'est ça ?

 

La science-fiction doit expliquer pourquoi on quitte la Terre pour aller vers une autre planète.

Pas forcément, la SF peut aussi juste raconter la vie d'un ou pluiseurs autres peuples sur une autre planète sans que ces peuples aient un quelconque lien avec la Terre.

Quand tu dis qu il faut expliquer pourquoi les humains onr quitte la Terre, la ce n'ezt pas vrai, dans le livre Dune (je n'arrive plus a me souvenir de l'auteur) on n'explique jamais pourquoi les humains ont quitte la Terre et je pense que dans Star Wars on ne parle plus de la Terre. Quand j'ai dit Tolkien (c'etait deja une betise) c'etait parce que ce qui ont defini le gebre ont decide de lui donner le titre du pere du genre, mais quand j'y ai reflechi, je me suis souvenue par exemple de Chretien de Troy, puis du poeme de Beowulf et encore dez legendes arthuriennes, tout ca c'est plus vieux que Tolkien mais comme Tolkien cet (ou ces je ne sais plus si il y avait deux auteurs) auteur s'est inspire des legendes scandinaves et germaniqyes (et un peu de la Chretiennete je pense aussi : genre ppour les drzgons malefiques) donc finalement on ne sait pas trop qui est le pere du genre. Question originalite je vais encore ajouter quelque chose: les dragons (je ne paroe pas des de dragons dont tu parlais ni meme ceux dans les livres) les legendes de dragons dans lzs differents peuples par exemple: ceux de Chine, ceux d'Amerique et ceux d'Europe meme differents ils ont tout fe meme des pointd communs et pourquoi parce que nous sommes tous humains. Et en repensant a l'originalite, je vais te dire qu'enfait l'originalire c'est subjectif: quelque chose que tu vas trouver banal, je vais le trouver original et a l'inverse quelque chode que tu trouve original je vais le trouver banal. Pour moi l'originalite c'est quelque chose qui m'etonnera, pour toi c'est peut etre autre chose. Et chez moi un livre orugunal ne sera pas forcemebt mon prefere. A ce jour le seul livre original que j'ai lu c'est Ravage pourtant il n'est que le druxiemee livre prefere et le premier c'est Cavalier Vert un truc vraiment classique en fantasy et c'est li que j'ai prefere. Comme l'a dit Zaha je trouve qu'on commence un peu a tourner en rond finalement.

Chrétien de Troye et Beowulf ne font pas partie de la Fantasy, mais des mythes et légendes, c'est encore autre chose bien que ça ne soit pas sans rapport wink

Comme je l'ai dit : si l'on devait désigner une personne comme "père de la Fantasy", ce serait Robert E. Howard dont les récits sont les plus vieux textes à avoir été qualifés de "Fantasy"  smiley

Ce que je veux dire, c'est qu'on peut utiliser ce qui est du Moyen Âge pour une autre planète. Comme inventer le Moyen Âge européen d'une autre planète... 

"On pourrait donc considérer que le Moyen-Âge d'une civilisation autre que terrienne pourrait bien être l'équivalent d'une ère préhistorique"

Oui voilà, genre une technologie avancée mais en vrai, ce n'est que l'ère du Moyen Âge de cette planète, qui est déjà technologiquement ultra avancée. C'est un exemple, mais qui reste dans la ligné du Moyen Âge à mes yeux, tant que c'est précisé convenablement et bien fait. Ça peut être une possibilité perdue dans des milliers d'autres. Pour le reste, ce n'est ce que je voulais dire, mais je viens de le préciser à l'instant. :-)

"Pas forcément, la SF peut aussi juste raconter la vie d'un ou pluiseurs autres peuples sur une autre planète sans que ces peuples aient un quelconque lien avec la Terre."

Je prenais l'exemple comme quoi, si le peuple humain était sur une autre planète, il fallait expliquait pourquoi. Bien évidemment,  ce que j'ai dit peut ne pas s'appliquer à toutes les oeuvres de SF, j'en suis conscient. C'est sûr que si tu commences avec un autre peuple, autre que l'Humain, tu n'as pas forcément besoin de l'expliquer. 

     

    Je prenais l'exemple comme quoi, si le peuple humain était sur une autre planète, il fallait expliquait pourquoi. Bien évidemment,  ce que j'ai dit peut ne pas s'appliquer à toutes les oeuvres de SF, j'en suis conscient. C'est sûr que si tu commences avec un autre peuple, autre que l'Humain, tu n'as pas forcément besoin de l'expliquer.

    Et si, en réalité, les humains venaient d'ailleurs et n'étaient pas endémiques de la Terre ?
    Ou
    Et si les mêmes conditions de création de la vie étaient apparues sur une autre planète et que les lois de l'évolution y aient été les mêmes ?

    Voici deux postulats de SF qui nous affranchissent de toute obligation d'expliquer pourquoi l'espèce humaine se trouve sur d'autres planètes de l'univers. Et d'ailleurs, parle-t-on seulement de notre univers ? wink
    Tu vois où je veux en venir, la SF, comme la Fantasy, n'a aucune obligation d'expliquer pourquoi il y a des représentants de l'espèce humaine sur une autre planète que la Terre, sauf si ça sert l'histoire.

    Quand tu dis est ce que je considererai toujours un dragon si il n a pas les caracteristiqes d un dragon moi plus vraiment parce que a la place de l auteur je ne nommerai pas ca un dragon, ca revient a nommer une chevre un lion et la... Mais bon ca ne veut pas dire que je ne lirai pas le livre a cause de ca au contraire ca apportera du neuf comme tu l as dit et je respecteeai les choix de l'auteur mais a chaque que je verrai le mot dragon dans son livre je penserai au dragon traditionnel et ca ce n'est pas bien pour l auteur parce que son but c est de transmettre le mieux possible ce a quoi il pense et meme s'il met quantite de descriptions je penserai toujours au dragon traditionnel (sauf si ces descriptio's sont repetees pkusieurs jusqu a enlever l image du dragon) donc voila pourqyoi il vaudrait mieux changer de noms. Mais j ai l impression que ce que je dis n est pas assez solide et je vous vois deja trouver plein d arguments pour refuter ce que je viens de dire (suryout que Zaha a dit que ses elfes n'etaient pas vraiment des elfes) mais bon c est comme ca que je le vois moi et j aurai plus difficile a umaginer un dragon qui n en est pas un que si l auteur lyi attribuait un autre nom (sauf si colme je l ai dit il repete la descriptuon plusieurs fois jusqu a me faire oublier l image d un dragon traditionnel).

    Quand tu dis est ce que je considererai toujours un dragon si il n a pas les caracteristiqes d un dragon moi plus vraiment parce que a la place de l auteur je ne nommerai pas ca un dragon, ca revient a nommer une chevre un lion et la...

    J'ai rien à ajouter. Appeler une créature un dragon alors qu'elle n'en a aucune caractéristique (physique, caractérielle, mythique, légendaire...) revient à réinventer la roue ou à mentir sur la marchandise. Les choses ont des noms et ces noms sont rattachés à des concepts plus ou moins précis de notre savoir commun. Changer la signification de ces noms et les concepts auxquels ils se rapportent revient à parler une langue différente, donc ça ne marchera pas.

    L'imagination et l'originalité, c'est bien, mais n'oublions pas qu'il faut rester dans les clous de la compréhension humaine. Si on change les notions basiques de nos savoirs et de nos croyances, nos histoires ne toucheront personne parce que personne ne les comprendra puisque le ou les concepts utilisés dans le livre seront réinventés et notre compréhension en sera biaisées.
    C'est très important de se rappeler que si on veut que notre manuscrit quitte un jour son tiroir, il faut qu'il soit lisible et compréhensible par autrui, et pas seulement sur les questions de fond.

    Oulà... Il y a tellement d'auteurs et d'autrices qui sont sorti-e-s du modèle tolkienien ! Déjà, tout ce qui est urban fantasy, bit-lit, steampunk, space opera fantasy... ce sont des fantasy qui n'ont rien à voir avec celle de Tolkien. Même en high fantasy beaucoup s'en sont détachés aussi.

    Après, qu'est-ce que le modèle tolkinien pour toi ? Si c'est juste le fait de créer un autre monde, ça ce n'est pas un modèle tolkinien, c'est juste une caractéristique de la high fantasy.

    Pour en revenir à ce que disait Loukass :

    "Sinon, pourquoi parler ? Les animaux communiquent par le biais d'expressions corporelles, sans mots. On a même découvert que les végétaux étaient capables de communiquer sans bouger, par le biais de molécules chimiques. Mais allons même plus loin : pourquoi communiquer ? Est-il possible qu'une forme de vie puisse se développer sans avoir besoin d'intéragir avec d'autres formes de vie ? Bon, personnellement, je ne le pense pas, mais allez savoir ^^" 

    Il disait surtout qu'il n'y avait pas besoin d'un langage verbal construit pour communiquer. Et je suis tout à fait d'accord avec lui. Il n'est pas nécessaire d'avoir un chat qui parle, on peut avoir un chat télépathe, un chat qui communique en dansant, si c'est un chat magique il pourrait changer de couleur ou que sais-je. Et encore, la télépathie peut se faire à différents niveaux : dans Le Maître du temps de Louise Cooper, les chats ne comprennent et ne transmettent que des idées simples et physiques et sont incapables de comprendre des concepts abstraits ; dans Eragon de Christopher Paolini, la télépathie entre Eragon et Saphira est totale au point que quand l'un-e est bourré-e, l'autre aussi alors qu'un-e seul-e des deux a bu.

    Tu le dis toi-même : l'originalité est la clé de la Fantasy, alors pourquoi faire parler des animaux ou des plantes quand tu peux les faire communiquer d'une manière différente et plus originale ?

    Et même si tu veux les faire parler avec des mots, j'ai croisé des exemples où les animaux ne parlaient que par énigme et il fallait "penser singe" (par exemple) pour comprendre ce que le singe avait dit.

    Ah pour le modele tolkinien tu me fais chabger mon point de vue. Je pense que je n'etais pas assez informee et je ne savais pas qye dans les cas de la high fantasy des auteurs s'etaient eloignes. C etait comme ca que je le voyais parce que c etait comme ca que j aimais ce sous genre mais ca ne m empeche pas de decouvrir ceq nouveaux modeles. J ai une manie: j ai tendance a toujours termine le livre ou ma saga que j ai commence meme si je ne les aime pas ( sauf dans les das des longues sagas genre decalogie je n aime pas quand ca tire en longueur exemple : l-assassin royal que j'ai lu jusqu au 14e tome memz si je n aimais pas trop la saga) oui je suis bizarre vous allez me dire que si ke n aime pas un livre j arrete mais bon. Tout ca pour dire que je n ai pas peur de lire de noiveaix livreq d autres genres meme si ca s ecarte du modele tolkinien. Donc desolee pour la betise que j ai dite sur Tolkien meme si apres pour le cas de la magie: elle est indispensable.

    Je sens que je vais devoir faire un article sur le modèle tolkinien ! laugh

    Je pense que tu devrais aussi. De tout facon tous tes articles sont interressants et instructifs. Alors desolee pour mes erreurs

    Ne t'excuse pas voyons ! wink

    Je ne demande qu'à voir Zahardonia. Je lis maintenant très peu de livre de Fantasy, parce que je me suis rendu compte et que j'en suis arrivé à un stade, où je voyais que la Fantasy était figée. Ce qui est complètement paradoxal pour un genre qui à la possibilité de se renouveler en permanence. Oui la Space-Fantasy et le Steampunk... Le Steampunk je le mettrais plus dans la catégorie de la SF, à cause de cette révolution industrielle justement. Là où la Fantasy dans le Steampunk, et beaucoup plus en arrière-plan qu'au premier-plan. J'ai vu que tu avais fait un arcticle sur le Steampunk, j'irais le voir. :)

    Bah que les auteurs reprennent ce qu'il a fait. Comme si c'était dûr d'essayer d'imaginer autre chose que des elfs, orcs, nains, lutins, gnomes, ogres, dragons ; qu'il y a obligatoirement les gentils d'un côté, les méchants de l'autre ; ETC. (je répète, je suis conscient qu'il y a des auteurs qui essayent de se différencier... Seulement, ils sont trop rare pour de la Fantasy. Ce qui n'est pas normal pour ma part...) Je veux dire... On est aussi limité en terme d'imagination pour ne pas aller plus loin que le fondateur lui-même ?? O_o La Fantasy est condamné à rester scélrosé dans le temps, avec ces clichés et tout ce qui va avec ? La Fantasy doit impérativement mettre des clichés, ou des choses que le lecteur reconnait, pour être considéré comme de la Fantasy ?? Moi, je n'y crois absolument pas.

    Et c'est pour ça que je pointe du doigt Tolkien (il revient le plus souvent donc bon...). Malgré que grâce à lui, la Fantasy à pu voir le jour et être connu mondialement, ça a été aussi la chute même de la Fantasy. Parce que les auteurs n'ont pas réussi à aller plus loin que Tolkien. Pensant que la Fantasy c'était précisément ÇA, alors que non, la Fantasy ce n'est pas QUE ça x-) Et ils n'ont pas su profiter du potentiel que pouvait leur procurer la Fantasy. À savoir, faire ce qu'ils veulent.

    La télépathie... Comment je n'ai pas pu penser à ça en premier ? x-) C'est dingue que je suis passé à côté de ça quoi... Mais bon, il semblerait que j'avais encore une fois compris de travers. Punaise ! x-)

    C'est vrai. J'ai rien à ajouter x-) 

    Oooh, je trouve que c'est bien pensé :-)  

    Pages

    Ajouter un commentaire