Les 5 règles d’or de la Magie


Aujourd’hui, on parle des 5 règles d’or de la Magie.

La cohérence est un élément essentiel dans tout roman. C’est aussi un élément très compliqué à respecter lorsque l’on crée des univers entiers et, surtout, des systèmes de magie complexes.

Ces cinq règles d’or présentées dans ce point sont autant destinées à vous aider dans la création de votre système de magie qu’à vous permettre de rester cohérent-e lors de la rédaction de votre roman.

1. Des notes tu prendras

Il est primordial que vous sachiez comment votre système fonctionne et, surtout, que vous vous en rappeliez. Pour ce faire, vous n’avez pas le choix, il faut le décrire quelque part. Que ce soit sur ordinateur ou sur papier, vous ne pourrez pas y couper. Ces notes vous serviront à garder une évolution logique de votre magie au sein de votre univers et durant la rédaction, étape qui peut facilement nous faire perdre le fil de nos pensées et la logique de ce que l’on a créé.

De même, référez-vous y fréquemment afin de assurer que vous respectiez bien les règles que vous avez établies.

2. Les règles de la Magie jamais tu ne transgresseras

Veillez à ne jamais passer outre les règles que vous avez établies.

Dans les notes que vous avez soigneusement prises, vous avez établi des règles pour votre magie. Ces règles définissent comment votre magie opère dans votre univers, qui peut la manipuler, comment les thaumaturges parviennent à la manipuler, leur apprentissage, etc. Vous devez les respecter et ne jamais vous en écarter même pour un tout petit sort de rien du tout. S’il doit y avoir une singularité dans votre système, elle doit être expliquée. Vous ne pouvez faire apparaître une particularité de nulle part et sans raison.

Considérons l’exemple vu et revu du personnage élu d’une prophétie. Ce personnage, quand il est thaumaturge, est souvent plus puissant que la normale. Il faut une explication, son don ne doit pas tomber du ciel. La raison « Il est fort parce qu’il est l’Élu, un point c’est tout ! » ne peut pas fonctionner.

Notons toutefois que l’ignorance peut être une explication satisfaisante dans un univers de Fantasy. Dans ces cas-là, l’ignorance de la raison, ne signifie pas qu’il n’y a pas d’explication, mais simplement que nous (auteur/autrice et/ou nos personnages) ne la connaissons pas. De cette manière, on ne trahit pas le lecteur en lui demandant d’accepter un fait sans condition.

3. Une évolution logique tu détermineras

Il paraît clair qu’une gradation dans l’évolution de magie est nécessaire, et plus précisément dans celle du ou des thaumaturges.

Lorsque vous exposez votre magie au personnage novice et/ou au lecteur, vous devez y aller petit à petit et sans sauter d’étapes et risquer de devoir revenir en arrière. Tout comme on apprend à marcher avant d’apprendre à courir, la perception de votre magie doit évoluer de façon logique et graduelle.
Et, encore une fois, expliquez ces évolutions, le lecteur n’a pas à accepter ce qu’il se passe juste parce que vous avez décidé que ça doit se passer.

4. Le prix de la magie toujours tu paieras

Vous connaissez certainement cette citation de Lavoisier, chimiste français du XVIIIe siècle : « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. »
Il en va de même pour la magie : rien n’est créé de rien et rien n’est totalement détruit.

Si un thaumaturge n’a qu’à agiter sa baguette en prononçant des mots incompréhensibles pour détruire le monde ou le sauver, il n’y a pas d’histoire. Il faut des enjeux et des conditions pour que la magie opère. L’une de ces conditions est le prix de la magie.
Ce prix peux se traduire par des années d’apprentissage, par des ingrédients à réunir (v. Les composantes de la magie), par de l’énergie à consommer (cf. la mana dans les jeux vidéos)…

De même, s’il n’y a pas de prix à payer en amont, alors il y a une contrepartie à offrir en échange. Lorsque la magie détériore quelque chose — un sort, une personne, un objet… — ce qui est détérioré ne peut pas juste se volatiliser, ça doit devenir autre chose. C’est le principe de la contrepartie.
Cette contrepartie peut être, par exemple, un transfert de malédiction ou quelqu’un qui subit l’effet inverse d’un sort afin d’équilibrer les forces.

5. Les limites de la magie jamais tu ne franchiras

La magie ne peut pas être omnipotente et résoudre tous les problèmes. Encore une fois, s’il s’agit d’agiter une baguette et de dire trois mots en latin pour obtenir tout ce que l’on souhaite, la magie n’a aucun intérêt. Il faut qu’elle ait ses limites.

Ces limites peuvent se manifester par le prix à payer pour la manipuler, les contreparties découlant de son utilisation ou de la contre-magie, tout simplement.

Voilà ! J’espère que cet article vous a plu et qu’il vous aidera à garder votre cohérence lorsque vous créerez votre univers et écrirez votre roman. On se retrouve dans 2 semaines pour parler des 3 axes de la création d’un système de magie !

En attendant, n’hésitez pas, bien entendu, à me dire ce que vous avez pensé de cet article ! 😉

Découvrez les autres articles de la série Créer son système de Magie


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut