Cliché en Fantasy : Les Prophéties à Élu


En 2018, sur le blog Narration et Caféine, j’écrivais : 

« Écrire une prophétie, c’est faire le choix de la facilité. Les prophéties permettent de faire intervenir une forme de deus ex machina qui impose une vérité absolue et inébranlable.

Elle exempte l’auteur ou l’autrice de toute nécessité d’explication quant à la place du héros ou de l’héroïne dans le roman. C’est l’Élu-e, un point c’est tout. Ce n’est pas un personnage qui a une étoffe héroïque, un rôle particulier dans la société (9 fois sur 10, c’est un fermier orphelin). »

Cette réflexion n’a pas fait l’unanimité dans le lectorat du blog de Martin et m’a valu pas mal de critiques, mais aussi une question : Pourquoi tu détestes à ce point les prophéties ?

Aujourd’hui, je voudrais répondre à cette question que l’on m’a posée à plusieurs reprises et à laquelle je n’ai jamais vraiment répondu.

🚨ATTENTION : article coup de gueule 🚨

L’une des raisons pour lesquelles je ne voulais pas répondre à cette question c’est parce que je savais que je m’emporterais. Vous ne serez pas déçu-e… 

C’est l’écriture de l’article à propos de la divination qui m’a décidé à répondre à la question.

La prophétie est l’un des clichés les plus connus de la fantasy. J’en avais déjà parlé dans l’article 10 clichés en Fantasy et dans 10 choses à savoir avant d’écrire de la Fantasy que j’ai écrit pour le blog de Martin, Narration et Caféine.

C’est l’un des clichés qui me hérisse le plus le poil, qui me fait automatiquement reposer un livre sur une étagère si on en parle dans le résumé et qui fait que je ne calcule même pas le livre si le terme prophétie est dans le titre.

Mais, pour être tout à fait honnête avec vous, ce ne sont pas les prophéties en soi qui me dérangent, ce sont les “Prophéties à Élu-e”. Vous savez, les prophéties qui prédisent qu’un ou une Élue sauvera le monde — n’oubliez pas les majuscules, c’est capital.

En outre, je n’ai rien contre les prédictions, que je trouve plutôt intéressantes pour leur part.

Ce que je reproche aux Prophéties et aux Élu-e-s

Je vous avoue que quand je vois le mot “prophétie” dans un résumé, je repose aussitôt le roman sur son étagère ou je ferme l’onglet. Je fais exactement la même chose quand je me retrouve face à un schéma narratif qui reprend celui du personnage Élu.

Car les deux ne sont pas nécessairement liés : on peut avoir des prophéties sans Élu et des Élu-e-s sans prophétie.

Pourquoi je n’aime pas les Élu-e-s

1. Le manque de complexité

Le personnage élu est unique

  • son origine est unique : parents illustres et/ou puissants (la plupart du temps inconnus au début du récit)
  • ses pouvoirs sont uniques (de par leur nature et/ou leur puissance)
  • son destin est unique (il doit accomplir de “grandes choses”)
  • parfois même son apparence est unique.

Mais en plus, il n’a rien à faire pour gagner ou mériter son statut et ses privilèges. Tout lui est dû juste “parce que c’est l’Élu-e”.

En outre, c’est un personnage qui a très peu de nuances :

  • il a beaucoup de qualités exacerbées (et toujours les mêmes)
  • des valeurs morales héroïques stéréotypées
  • il a les défauts de ses qualités (et sait très bien passer outre)
  • il est toujours Loyal Bon (à l’extrême)
  • sans oublier que ces personnages sont toujours beaux — Personnellement, je les imagine toujours être des modèles pour les pubs L’oréal et Colgate…

Je trouve que ça devient fatiguant à la longue d’avoir autant de personnages aussi “spéciaux” et aussi “parfaits”.

D’ailleurs, c’est paradoxal : il y a tellement d’Élu-e-s dans la littérature que leur caractère “unique” devient totalement absurde. 

La plupart du temps, dans les récits à Élu-e, les personnages les plus intéressants sont les secondaires.

Note : là où il y a un Élu, il y a généralement un Antagoniste qui a autant d’épaisseur que celle du Héros, à savoir celle d’une feuille de cigarette avec la tonicité narrative d’un poulpe asthmatique.

Et enfin, ce que j’apprécie le moins avec ce type de personnages c’est qu’ils n’existes qu’à travers leur quête. Sortez-les de leur histoire et ils ne sont plus rien. Ils n’ont aucune envie, aucun but, aucun objectif qui ne soit pas reliés de près ou de loin à leur quête.

Pour moi, le personnage élu est surtout une sorte de robot créé pour accomplir une tâche précise et rien d’autre. Quand le récit s’arrête, sa vie s’arrête aussi d’une certaine manière. S’il n’y a presque jamais de suite aux récits à Élu-e-s, c’est parce qu’il n’y a rien d’autre à raconter sur ces personnages. En dehors de leur quête, ils sont inintéressants, voire inexistants.

2. La prévisibilité

Que ce soit ses réactions, ses réussites, ses échecs, ses émotions, ses choix, les personnages qui l’accompagnent, son love interest, son opposant… tout est prévisible, jusqu’à son histoire.

Cette prévisibilité découle directement du manque d’épaisseur du personnage et de sa quête.

3. Le manichéisme

Comme précisé plus tôt, l’Élu-e est, à quelques exceptions près, un personnage d’alignement loyal bon. Ce qui signifie qu’il est indéniablement du côté du Bien.

Ce qui induit, par conséquent, que l’opposant du personnage Élu est l’exact opposé de l’Élu-e, à savoir un personnage chaotique mauvais. C’est-à-dire, un personnage Grand-Méchant-Vilain-Pas-Beau-Tout-Moche qui est aussi stéréotypé que celui de l’Élu.

C’est aussi pour cette raison qu’il n’y a aucun intérêt à raconter l’histoire du personnage Élu après sa victoire sur le Méchant : il n’a rien d’autre à faire dans sa vie que ça.

Pour moi, si on devait raconter l’après de ces personnages Élus, ce serait surtout la quête d’une autre Quête ou leur plongée dans la drogue, l’alcool et la dépression faute d’une nouvelle némésis.

Au-delà de tout ça, l’opposition manichéenne entre le gentil Élu et le Grand Méchant conduit également à une vision simpliste de la moralité, sans nuances ni dilemmes moraux intéressants.

Cette vision simpliste participe également à faire passer plus facilement des messages de propagande, de manière volontaire ou non, à l’insu du public et à pervertir/convertir les foules.

Je pense notamment au film Top Gun qui a été en partie produit par l’armée Américaine dans le but d’augmenter les recrutements ou encore à Batman: The Dark Knight Rises qui est un éloge au capitalisme et qui avait pour but de reconquérir le public pour qu’il refasse confiance à Wall Street après le krach boursier de 2011.

Le manichéisme est trop souvent un support narratif efficace de propagande pour le soft power et ça m’insupporte au plus haut point.

Je ne m’étalerai pas plus sur le sujet, parce que ce n’est ni le lieu ni le moment.

Pourquoi je n’aime pas les Prophéties à Élu-e

Comme je l’ai précisé plus tôt, mon problème ne concerne pas toutes les prophéties, juste les prophéties à Élu-e-s.

Dans deux semaine, je vous présenterai d’autres types de prophéties qui, pour leur part, ne me dérangent pas. Il y en a même certaines que j’apprécie…

1. La pauvreté narrative

Les prophéties à Élu-e répondent toujours à la même structure narrative préétablie.

Cela simplifie la narration en évitant d’avoir à développer des motivations complexes pour les personnages. Mais, surtout, cela appauvrit grandement les histoires qui dépendent d’elles.

Je ne dis pas que c’est mal de choisir la facilité d’un schéma narratif détaillé et préétabli quand on écrit des romans. Prendre moins de temps pour préparer son intrigue peut nous permettre de passer plus de temps sur autre chose.

Je dis juste que la répétition de ce même schéma sans variation et sans approfondissements devient lassante à la longue et que je trouve que cela appauvrit beaucoup l’histoire.

J’ai trop souvent lu des romans où j’ai vu des opportunités manquées pour traiter des thèmes intéressants ou pour placer des rebondissements qui auraient été beaucoup plus passionnants que ce que j’ai lu. 

2. La prévisibilité

Comme les prophéties à Élu-e répondent à un schéma narratif type (le fameux voyage du héros), elles deviennent, de ce fait, horriblement, terriblement, atrocement prévisibles, et même ennuyeuses.

En 2016, j’écrivais déjà ceci : 

« En général, les prophéties et les prédictions annoncent toujours la même chose : l’arrivée d’une personne (en général un adolescent mâle) qui doit sauver le monde… Quand on se retrouve face à des résumés comme celui dont je vous ai parlé plus haut, le récit n’annonce pas beaucoup d’originalité : on sait qu’on va se retrouver dans ce que Joseph Campbell appelle la quête initiatique et, en général, on se retrouve avec une histoire qui suit parfaitement, étape par étape, le résumé simplifié qu’en a fait Christopher Vogler. Du coup, au bout de deux ou trois chapitres, on sait déjà comment ça va se finir, qui va mourir, les épreuves que le héros va traverser, etc. »

Source : 10 clichés en Fantasy

Mon avis n’a pas changé depuis…

Si vous souhaitez découvrir d’autres schéma narratif type, je vous conseille de lire cet article : 3 Schémas narratifs type pour changer du voyage du héros

3. Le manque d’originalité

Les prophéties à Élu-e sont toujours (à quelques très rares exceptions) traitées de la même manière.

Je n’ai jamais vu quiconque apporter de nouveaux éléments et les interprétations intéressantes sont trop rares.

Ces histoires se ressemblent toutes et, bien que la plupart soient agréables à lire avec des univers sympas et certains personnages (secondaires) mémorables, une fois qu’on en a lu une dizaine ou une vingtaine, on en a fait le tour.

Pour ma part, ça fait plus de 20 ans que la fantasy est mon genre de prédilection et qu’il constitue la majorité de mes lectures. Autant vous dire que j’en ai croisé des Élus et des Élues — on va pas se mentir, ce sont souvent des mecs blancs, rarement des nanas ou des personnages BIPOC… — dans mes pérégrinations littéraires et je peux vous dire que trop souvent, je n’ai pas réussi à voir en quoi une histoire à Élu-e différait des précédentes.

Prophétie vs prédiction

Je sais que plusieurs d’entre vous ont dû froncer des sourcils quand j’ai dit que j’appréciais les prédictions, mais pas les prophéties.

« C’est la même chose ! » vous dites-vous sûrement.

Il est vrai que dans un cadre sémantique, ces mots peuvent être synonymes, la plupart du temps.

Cependant, si l’on regarde les définitions de ces deux mots de plus près, on s’aperçoit qu’ils ne définissent pas tout à fait la même chose.

Une prophétie est un message donné par un prophète qui prétend que ce message lui a été communiqué par une divinité. Ces messages impliquent généralement l’inspiration, l’interprétation ou la révélation de la volonté divine concernant le monde dans lequel vit le prophète et les événements à venir.

Source : Wikipédia

Une prophétie est donc généralement considérée comme une révélation de l’avenir qui provient d’une source supérieure ou divine et est censée être une vérité révélée.

Le prophète ou la prophétesse qui transmet cette prophétie est une figure religieuse ou un être surnaturel — comme un ou une thaumaturge puissante ou haut placée, ou une créature magique respectée et connue pour sa sagesse.

Les prophéties sont souvent chargées d’une signification symbolique ou spirituelle et peuvent avoir un impact sur le cours des événements. Elles sont souvent considérées comme immuables et inévitables, décrivant ce qui est censé se produire plutôt que ce qui pourrait se produire.

D’un autre côté : 

Une prédiction est l’action d’annoncer à l’avance un événement par calcul, par raisonnement, par induction […]. La prédictibilité est un critère de scientificité d’un modèle ou d’une théorie.

Source : Wikipédia

Une prédiction est donc une estimation, un calcul ou une conjecture basée sur l’observation, l’analyse et l’interprétation de données, de tendances ou de modèles.

Les prédictions peuvent être basées sur des méthodes scientifiques ou des analyses statistiques, mais elles ne sont pas considérées comme absolues ou infaillibles. Elles peuvent être sujettes à l’erreur et sont souvent formulées avec une certaine marge d’incertitude. Elles se concentrent sur les événements futurs possibles plutôt que sur des vérités révélées.

En résumé, les principales différences entre une prophétie et une prédiction résident dans leur source et leur nature

  • Une prophétie est d’origine magique ou divine ; une prédiction est d’origine analytique, voire scientifique.
  • Une prophétie découle d’une intuition (visions, rêves prémonitoires, etc. inclus) ; une prédiction s’appuie sur des faits mesurables.
  • Une prophétie est symbolique et abstraite ; une prédiction est empirique et concrète.
  • Une prophétie est définitive et inéluctable ; une prédiction est changeante et incertaine

Pour vous illustrer tout ça : le cartomancien révèle des prophéties suite à des tirages de cartes, la météorologue annonce des prédictions suite à des analyses de données.

Les trois raisons pour lesquelles je préfère les prédictions aux prophéties à élu-e : 

  1. Les prédictions sont basées sur des faits, des choses concrètes. Elles ne sortent pas de nulle part.
  2. Les prédictions admettent une marge d’erreur, il n’y a aucune certitude à 100% qu’elles se réaliseront, ni que l’interprétation qu’on en fait est correcte à 100%
  3. On parle rarement d’Élu-e dans les prédictions, il est plutôt question de fait et d’événements généraux que de personnes précises.

Le cas particulier de l’astrologie

L’astrologie est une discipline divinatoire basée sur le calcul du mouvement des astres pour définir leur position à un moment défini et en déduire les effets qu’ils produiront sur une personne ou un groupe de personnes.

L’astrologie utilise une méthode de calcul précise, mais se base sur des interprétations symboliques pour rendre ses conclusions inéluctables, même si on sait qu’il y a une marge d’erreur dans les interprétations.

Elle est donc, selon moi, à la croisée des chemins entre prophétie et prédiction.

Et vous, que pensez-vous des Prophéties à Élu-e ?

Je serais ravie de connaître votre avis sur le sujet 🙂

Souhaitez-vous lire d’autres articles à propos du genre et des sous-genres de la Fantasy ?


10 réponses à “Cliché en Fantasy : Les Prophéties à Élu”

  1. Très bon article, il est vrai que les prophéties à élu sont souvent peu surprenante et qu’on sait déjà où ça va nous mener, qu’on s’attache souvent plus au personnage secondaire (comme Sam qui soutient Frodon jusqu’au bout) et que le récit s’arrête souvent à la fin de la prophétie. Y a quand même des gens qui arrivent à tirer leur épingle du jeu mais c’est assez rare.

    Ton article m’a rassuré. J’écris une longue série de Fantasy et j’ai un élu, j’ai décidé de garder tous les clichés de la Fantasy et de les traiter de façon particulière et bien à moi ^^ j’aime faire rire mon conjoint et le surprendre (c’est mon alpha-lecteur). Et je suis heureuse de voir que je coupe la tête au schéma actuel de la prophétie à élu même si on a envie de me tuer pour le choix de l’amoureuse du héros, huhu. Au plaisir de lire ton prochain article ^^

    Tu parles des fous d’Harry Potter, son statut d’élu t’a-t-il posé problème ?

    • Merci pour ta réponse 😊

      Alors, non, le statut d’Élu de Harry Potter et la prophétie ne m’ont pas dérangée parce que ce n’est pas prégnant dans la série. On en parle un peu, on sent parfois que Harry est “spécial”, mais il n’en reste pas moins un ado qui galère avec ses cours et qui est persécuté par son cousin et son prof de potion.

      Ensuite, ses quelques capacités spéciales ne lui sont pas tombées du ciel, elles ont eu un prix : la mort de ses parents et une menace constante de la part de Voldemort. Sans oublier que certains de ces pouvoirs sont plus handicapant qu’avantageux.
      Il y a aussi le fait que Harry ne vit pas que pour vaincre Voldemort, on connait ses projets d’avenir pour l’après : il veut devenir aurore, fonder une famille, etc. Voldemort n’est qu’une épreuve dans sa vie, pas son but ultime. Il ne vit pas qu’à travers son antagoniste.

      Enfin, le fait de défaire Voldemort ne repose pas que sur lui, il est un atout c’est indéniable, mais il n’est pas la pièce maîtresse du combat.

      Pour moi, Harry Potter fait partie des exceptions, avec Anakin dans Star Wars.

      • Je n’avais pas vu que tu m’avais répondu, désolé. Les vacances sont finis alors je revient dans le monde d’internet lol.

        Merci aussi de ta réponse. Je comprends tout à fait la différence comme tu l’expliques et je pense pareil, idem pour Anakin qui est un personnage que j’adore car il casse lui aussi les codes d’élu.

    • Encore que Frodo, au moins, c’est pas une prophétie qui le force à faire ça, c’est le Conseil d’Elrond qui lui sous-entend bien qu’ils attendent qu’il se porte volontaire…
      Mais surtout, on ne peut pas considérer Frodo comme un personnage principal, à mon sens, parce qu’on est jamais de son point de vue dans les livres. On est du point de vue de Sam donc en fait, c’est bien lui le personnage principal puisque c’est ses pensées qu’on suit ^^

      De quelle façon du arrive à tordre les clichés liés aux prophéties, ça m’intéresse beaucoup ! ^^

      • Ha Frodon et Sam. A la maison on est tous d’accord bien qu’il souffre, le vrai héros c’est Sam. Et oui, ce n’est pas une prophétie mais plutôt la destinée (pour moi) qui le fait devenir le porteur après son oncle.

        Sans trop en dire, j’ai décidé de créer plusieurs types d’élus avec des prophéties qui ont des buts différents. L’élu n’est pas mon héros mais son rival. Mon héros va ensuite le seconder et les quêtes vont faire partie de leurs vies sans pour autant en être le pilier. Ce sont des enfants qui grandissent, qui vivent, qui vont à l’école, expérimentent des choses, font des bêtises, sont égoistes, etc. L’élu est très humain, mon héros aussi, pas de lissage ou de loyal bon. D’ailleurs la notion de bien et de mal n’aura pas de réelle place dans ma saga ni dans la prophétie. La “méchante” n’a pas pour obsession l’élu et vice versa. D’ailleurs elle mène la danse pour que la gentille prophétie du bien se réalise mais personne ne sait pourquoi avant le final.
        Mon élu est puissant mais sans plus, au contraire de mon héros mais l’explication a diverses branches et ça lui apporte plus de douleur que de bienfait. Un peu cliché mais les raisons et son aversion à certains moments pour sa propre puissance le rende profond et humain, et l’amèneront à faire de mauvais choix et des bêtises. Hors de question qu’il soit puissant et plat ^^
        J’espère avoir répondu à tes interrogations mais si tu as des clichés précis qui te viennent en tête et que tu veux savoir ce que j’en ai fait, je peux essayer d’y répondre sans trop révéler mon histoire ^^

        Désolé pour ma réponse tardive, j’ai tout mis en pause pendant les vacances et un peu avant aussi ^^

  2. J’adore cet article !
    Je suis totalement d’accord avec toi pour les prophéties à Élu(e)s. Malheureusement, dans 90% des cas, dans les livres, le mot prophétie est inséparable de celui d’Élu(e)s. Et une fois qu’on lit toujours la même chose : “Il y a aucune raison pour que ce soit moi. Pourquoi moi ? J’ai rien demandé, je veux pas faire ça, mais c’est mon destin.”, ça commence à être agaçant. J’ai une petite prophétie, mais elle est en arrière plan et concerne un personnage plus que secondaire, de plus, elle ne dit pas que le personnage est censé mettre fin à une grande menace, mais plutôt qu’il peut sortir une pierre de son socle et le personnage est même pas au courant ^^

    • Bonjour,
      J’ai beaucoup aimé ton article qui est très pertinent.
      Je ne sais pas si tu as déjà lu la trilogie des fils des brume de Brandon Sanderson.
      C’est aussi un roman à prophétie à élu mais on se rend compte au fur et à mesure du roman que celle-ci est manipuler par l’antagonisme afin de servir ses desseins

  3. J’ai bien aimé cet article ! 🙂

    Et c’est vrai qu’en étant moi-même grande lectrice de Fantasy, je repose aussi pas mal de livres dès que je croise les mots “prophétie” et/ou “élu” dans un résumé (voire dans les titres, du style “L’Élu de la Prophétie de Machin-Truc”). Après, ce que je trouve dommage c’est que justement, il y a tant de manières de détourner les prophéties et les élus et pourtant la plupart des auteurs se contentent de reprendre un schéma narratif basique et simpliste et des personnages passe-partout… Après, heureusement, certaines histoires arrivent à rendre le tout un peu plus original. Dans la série “His Dark Materials” qui est une adaptation de la trilogie “À la croisée des mondes”, la prophétie est “cachée” à Lyra car si elle venait à lui être révélée, la jeune fille pourrait échouer à la réaliser ; la série met aussi l’accent sur le fait qu’à part certains protagonistes qui pensent que la prophétie est réelle, d’autres ne la voient que comme une histoire, une rumeur, un mensonge et n’y prêtent même pas attention (je ne sais pas si les livres traitent le sujet de la même manière, mais dans la série, il y a plusieurs disputent entre des personnages qui ont chacun leur vision de cette fameuse prophétie et n’y accordent pas la même importance ni la même crédibilité).
    Dans le livre jeunesse “Orage, petit seigneur des ténèbres”, on est dans un monde où il y a les royaumes du bien et les royaumes du mal et, chaque royaume est lié à un autre : celui du bien forme les princesses à se faire enlever et les chevaliers à aller les sauver, ceux du mal forment les seigneurs des ténèbres à enlever les princesses et à perdre face aux chevaliers. Même si c’est un livre jeunesse assez court et peu connu, j’ai beaucoup aimé la façon dont le schéma classique du conte est repris et mis à mal par les personnages (le seigneur des ténèbres enlève la princesse presque dix ans trop tôt, la princesse n’a pas envie de rentrer chez elle, le chevalier est un idiot boutonneux qui se voit déjà roi…) et la conclusion questionne vraiment sur la dualité du bien et du mal.
    Après, si je déteste lire des histoires à prophéties et à élus car souvent c’est en effet la même chose et on peut prévoir à peu près tout ce qui va se passer, j’avoue par contre adorer en écrire ^^ Mais ce que j’adore, c’est surtout détourner ces prophéties et ces rôles d’élus et du coup je ne comprends pas forcément les auteurs qui reprennent à la lettre un modèle-cliché qui, d’accord à fait ses preuves, mais qui, à force d’être repris et réchauffé, n’apporte quasi plus rien aux lecteurs un peu expérimentés. ^^

  4. Bonjour,
    J’ai beaucoup aimé ton article qui est très pertinent.
    Je ne sais pas si tu as déjà lu la trilogie des fils des brume de Brandon Sanderson.
    C’est aussi un roman à prophétie à élu mais on se rend compte au fur et à mesure du roman que celle-ci est manipuler par l’antagonisme afin de servir ses desseins

  5. Je ne peux qu’être d’accord : j’ai abandonné récemment la Belgariade en me disant que je l’aurais adoré 35 ans plus jeune…

    Ce qui est intéressant dans votre article, c’est aussi toutes les façons possibles de tordre cette idée qui apparaissent en creux :
    – la prophétie est fausse
    – il y a erreur sur l’élu
    – la prophétie est auto réalisatrice
    – l’élu doit mourir pour accomplir la prophétie
    pour citer quelques exemples.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.